Les causes de la Première Guerre Mondiale

Pourquoi la mort d’un Archiduc a-t-elle déclenché une Guerre Mondiale ?

Il est nécessaire de plonger dans l’historiographie, la manière dont est écrite l’histoire, pour comprendre dans un premier temps comment la Première Guerre Mondiale a été déclenchée : quelles en sont les causes ?
Jusque dans les années 1950-1960, l’Histoire rend l’Allemagne seule responsable de la Guerre. Les écritures se tournent vers une histoire déterministe et morale.
A partir des années 1970, une autre perspective est envisagée : celle de l’école des Annales. La Guerre 14-18 est pensée en termes de causes structurelles, conjoncturelles et d’un déclencheur : l’assassinat le 28 juin 1914 d’un Archiduc par un sombre nationaliste serbe.

Quid ? Structurel et conjoncturel.
Les causes structurelles mettent en évidence la structure, l’organisation de la société, des institutions et les rapports entre les États. Ces causes sont déterminées et constantes.
Les causes conjoncturelles rassemblent les événements qui dépendent du contexte et de conditions. Ces causes sont variables et ponctuelles.

 

Cette manière d’appréhender l’histoire nous renvoie à l’article dédié à la Guerre de Cent Ans, un parallélisme est facile à réaliser : les causes structurelles de la Guerre de Cent Ans trouvent leur origine dans les relations féodo-vassaliques, dans l’institutionnalisation de la succession sous couvert du droit salique, dans la répartition et le découpage des territoires ou encore dans les jeux d’influence qui font partie des codes de l’époque; les causes conjoncturelles trouvent leur existence dans les conflits plus ponctuels, tels le problème de la laine anglaise, des droits de navigation, ou encore de la volonté des pays de s’étendre; le déclencheur, quant à lui, est l’élément qui met le feu aux poudres: lorsqu’Edouard III revendique le trône et réfute les règles de succession.

Dans le cadre de la Première Guerre Mondiale, la situation est très complexe. Aussi, nous allons subdiviser la présentation de ses causes selon le côté structurel et conjoncturel.


Sous l’angle structurel…

Nous nous intéresserons particulièrement à l’émergence d’une doctrine : le nationalisme, plus précisément le nationalisme agressif et aux situations des empires tels l’Autriche-Hongrie, l’Empire Ottoman ou encore Russe, et à la situation de l’Allemagne.

L’Autriche-Hongrie

Territoires et limites de l'Empire Austro-Hongrois entre 1848 et 1914
Territoires et limites de l’Empire Austro-Hongrois entre 1848 et 1914.

Empire d’Europe Centrale qui, à la veille du conflit en 1914, comprend la Tchéquie, la Slovaquie, l’Autriche, la Hongrie, La Croatie, le Nord-Ouest de la Bosnie, le Sud de la Pologne et la moitié de la Roumanie située au Nord-Ouest.

Bien que dominé par les Autrichiens, l’Empire est composé d’une mosaïque de minorités qui ont la particularité d’être germanisés à l’école: les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois et les Slovènes.
De nombreux attentats, assortis d’une propagande anti-germanique et anti-germanisation, sont perpétrés depuis la fin du 19ème siècle sur le territoire Austro-hongrois par des nationalistes serbes. Ces nationalistes s’inscrivent dans un courant politique nommé le panslavisme. A l’instar du pangermanisme, l’idée du panslavisme est de réunir au sein d’un même État, d’un même Empire, tous les slaves.
Les Yougoslaves, littéralement slaves du Sud, sont soutenus par la Russie.
L’Autriche-Hongrie ne serait pas opposée à une guerre contre les serbes.

L’empire Ottoman

Carte des pays et des langues parlées dans l'Empire Ottoman et dans les Balkans en 1913.
Carte des pays et des langues parlées dans l’Empire Ottoman et dans les Balkans en 1913.

Cet Empire détient une grande partie des territoires du Sud-Est de l’Europe, composés de slaves. Cet empire est au bord de l’implosion, la faiblesse administration et la bureaucratisation quasi inexistante se font l’écho de graves problèmes de gestion interne.

Surnommé « l’Homme malade de l’Europe », l’empire Ottoman pose de nombreux problèmes à son Sultan qui ne parvient à faire administrer ses territoires, difficiles d’accès et aux voies de communication peu développées.
Pour résoudre ce problème, les Allemands sont appelés en renfort et la construction d’une ligne de train, Berlin-Bagdad est entreprise en 1903 (et ne sera achevée qu’en 1940 !).

De nombreuses minorités vivent au sein de l’empire Ottoman et sont sévèrement réprimées par par des politiques très dures.

La Russie

Et son empire possèdent de vastes territoires en Europe comme le Royaume de Pologne et le Grand-Duché de Finlande et étendent leur zone d’influence en soutenant les slaves du Sud de l’Europe (Yougoslave signifie “Slave du Sud” comme nous l’avons vu plus haut) dans le cadre du panslavisme.

Au 19ème siècle, sur le plan économique et politique, la Russie possède un bon train de retard sur ses voisins et rivaux. Il s’agit d’un territoire bucolique où l’industrialisation ne s’est pas encore implantée solidement. Le servage y est pratiqué jusqu’en 1861 !
L’agriculture est pratiquée de façon traditionnelle, avec peu de machinisation.
La Russie rattrape son retard à partir des années 1880 où elle entre dans l’ère industrielle. Il faut une trentaine d’années pour que le pays, à travers de grands travaux comme le transsibérien ou l’exploitation des ressources comme l’acier, le fer ou le charbon, devienne une puissance économique importante sur l’échiquier mondial.

Portrait de Nicolas II en 1912 par Guy de Rambaud.
Portrait de Nicolas II en 1912 par Guy de Rambaud.

La vie politique russe comporte la particularité d’une toute puissance aristocratique qui gravite, telle une cour, autour du Tsar, Nicolas II (dates de règne, 1894-1917).
Le Tsar, très jeune, ne se préoccupe pas de politique sociale et de ces concitoyens et reste enfermé dans son monde.
En 1905, il subit la défaite de la guerre russo-japonaise ainsi que ses conséquences: “l’homme blanc” perd pour la première fois un conflit face à un peuple de couleur. Le crédit du Tsar baisse parmi la population et parmi ses propres conseillers.
Pour masquer les problèmes internes au pays, Nicolas II développe la colonisation en Sibérie et s’entoure de généraux prêts à se battre.

Les nationalismes

La présentation nationalisme agressif permet de bien cerner les affrontements et les oppositions que vivent les nations européennes avant la Guerre.

Le nationalisme, à l’issue de la Révolution Française peut être pensé comme un nationalisme à la base plutôt généreux. Durant le 19ème siècle, néanmoins, il se droitise.
A partir de 1850, les États s’inscrivent dans une phase de colonisation portée par un nationalisme de puissance: des compagnies s’enrichissent au nom des États… et pas à leur bénéfice !

Durant le 19ème, les peuples sont littéralement spoliés par l’Europe et le Japon.
Les États “éclatés” qui doivent jongler avec différentes populations et différentes ethnies tombent face à des États plus stables, exacerbés par un nationalisme qui se repose sur des théories biologiques, de suprématie, etc.

Ces nationalismes que l’on peut qualifier d’agressif ne sont pas une exportation, voire une invention européenne, et existent aussi en Asie, en Amérique, voire en Afrique. Ils se définissent et se redéfinissent dans un contexte d’internationalisation des échanges économiques et financiers.
Il est toutefois possible pour des États de développer un nationalisme sans être industrialisé.

Dans ce contexte, il y a une construction d’identité nationale très forte entre 1780 et 1860.
A partir de 1860 et jusque 1910, les appareils d’État reprennent ces idées et en font des appareils de conquête. D’ailleurs, des sentiments nationalistes naissent dans les pays colonisés en réaction à la présence Française, par exemple suite à la conquête post 1789.

Fondamentalement, il est possible de dresser une classification des nationalismes :
Le patriotisme traditionnel qui meut l’Angleterre, la France, le Japon, et certaines parties de l’Inde.
Le nationalisme créé par les États, comme le « royaume des Belges ».
Un nationalisme d’ensemble, présent dans des États plus vastes et « mixtes » culturellement comme la Russie, la Chine, l’Autriche-Hongrie, ou l’Empire Ottoman.

A partir des années 1860, une crise éclate dans ces grands ensemble. Les empires Austro-hongrois et Ottoman sont mis en balance parce que les différentes ethnies et religions qui les composent affirment leur nationalisme et le pouvoir central affaibli ne peut pas en favoriser l’une ou l’autre.

Un dilemme de structure se pose donc entre l’État-nation et la défense d’un État nationaliste, chauvin et racisé.

Quid ? La question juive.
S’il peut être tentant d’attribuer à Hitler la montée de l’antisémitisme durant l’entre-deux-guerres, les racines de cette question sont à chercher du côté des politiques menées en France et en Allemagne, notamment, durant la seconde moitié du 19ème siècle.

Jusqu’en 1860, dans les deux sociétés une tendance nette se dessine: celle de l’assimilation des juifs. Les mariages mixtes sont fréquents et ne posent aucun problème. A partir des années 1860, un glissement s’opère dans la manière de concevoir le nationalisme et la modernité: la doxa est à l’ultranationalisme qui diabolise ce qui n’est pas national.
Dans les pays germaniques naît un mouvement pangermanique, un mouvement qui porte en lui le rejet des individus qui ne sont pas assimilables à la nation.
Ces thèses nationalistes, bien que présentes de manière embryonnaire dès le début du 19ème siècle, éclosent réellement à l’aube du 20ème siècle. Elles prônent notamment l’unification des peuples allemands (Grossdeutschland, la Grande Allemagne) qui se trouvent disséminés dans l’Empire et au-delà des frontières ainsi que la suprématie du peuple allemand en mettant en avant son rayonnement culturel et une certaine idée de hiérarchie raciale.


Comprenons:

De très vives tensions existent au sein des grands empires, exacerbés par des nationalismes de plus en plus agressifs, et plusieurs d’entre eux sont à deux doigts d’éclater à la veille du conflit.

Sous l’angle conjoncturel…

D’un point de vue plus ponctuel, l’échiquier européen se profile autour de deux blocs antagonistes basés sur des alliances militaires défensives secrètes : la Triple-Entente et la Triple-Alliance ou Triplice.

La carte politique de l'Europe à la veille du conflit. Discernons trois ensembles: les pays de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie); ceux de la Triplice (Italie, Allemagne, Autriche-Hongrie); les pays neutres (Belgique, Pays-Bas, Suisse, Espagne,...); les pays alliés et soutenus par la Russie (Serbie, Monténégro)
La carte politique de l’Europe à la veille du conflit. Discernons trois ensembles: les pays de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie); ceux de la Triplice (Italie, Allemagne, Autriche-Hongrie); les pays neutres (Belgique, Pays-Bas, Suisse, Espagne,…); les pays alliés et soutenus par la Russie (Serbie, Monténégro)

Les alliances et les tensions présentes constituent un terreau plus que favorable à l’explosion d’un conflit généralisé.
Ce qui met le feu aux poudres est l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie et de son épouse Sophie de Hohenberg.

Le déclencheur et cascade chronologique

Gavrilo Princip assassin de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche
Gavrilo Princip en 1914, l’assassin de l’archiduc François Ferdinand d’Autriche-Hongrie et de son épouse.

Le 28 juin 1914, à Sarajevo en Bosnie, un nationaliste serbe (yougoslave), assassine l’archiduc et son épouse.
Ce prétexte est idéal pour l’Autriche-Hongrie qui nourrit une forte hostilité à l’égard des Yougoslaves et notamment la Serbie. L’Autriche-Hongrie adresse donc un ultimatum à la Serbie le 23 juillet imposant notamment aux serbes d’accepter la présence de la police austro-hongroise pour enquêter sur l’assassinat de leur archiduc.

Les serbes refusent ce point et décrète la mobilisation générale le 25 juillet.
Le 28 juillet, l’Autriche-Hongrie lui déclare la guerre.

C’est à ce moment que les alliances entrent en action.

Le 29 juillet, la Russie décrète la mobilisation d’une partie de son armée pour venir en aide aux slaves du Sud, de Serbie.
Le 29 juillet également, l’Autriche-Hongrie décrète la mobilisation générale.
L’Allemagne quant à elle pose des conditions: la Russie doit démobiliser ses troupes et la France, alliée de la Russie (Triple-Entente), doit prendre une position publique.

La tension est à son comble.

Le 1er août, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie, le 2 août, l’Allemagne marche sur le Luxembourg (neutre) et somme la Belgique (neutre également) de laisser passer ses troupes.
Le 3 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France.
L’Italie choisit de se désengager du conflit, bien que membre de la Triplice, elle se déclare neutre. Elle change d’alliance et rejoint les alliés en 1915.
Le gouvernement belge et son roi Albert Ier rejettent l’injonction allemande, le 4 août, l’Allemagne envahit la Belgique qui prend les armes et ralentit la progression allemande pendant près de deux semaines.
Ce même jour, l’Angleterre entre en guerre suite à l’invasion de le Belgique et du Luxembourg.

Au 23 août 1914, ce sont 7 pays européens qui sont en guerre: L’Angleterre, la France, la Serbie, la Russie, la Belgique, rejoints par le Japon et l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie rejoints par l’Empire Ottoman.

Les États-Unis d’Amérique n’entrent pas directement en guerre fidèles à leur principe de non intervention mais fournissent une aide humanitaire et militaire (matériel) aux alliés.
Ils entrent en guerre en 1917.

En 1917, trois ans après le début du conflit, les pays et leurs colonies impliqués dans la guerre sont les suivants:

Carte des belligérants en 1917 lors de la Première Guerre Mondiale
Carte des belligérants en 1917 lors de la Première Guerre Mondiale

Un conflit mondial qui a changé le visage de la société et la manière de faire la guerre

Comme nous l’avons vu, c’est pratiquement l’intégralité du globe qui participe de près ou de loin à ce conflit, ce qui constitue une première dans l’Histoire de l’humanité.
Non seulement les États, leurs colonies, s’impliquent de manière généralisée dans la guerre, mais cette dernière n’est plus le “privilège” des militaires.

Les populations sont touchées, impliquées, mobilisées et y prennent part (de gré ou de force). A l’issue de la Guerre, le paysage de l’Europe est redessiné et le visage des sociétés profondément changé.
L’implication des civils, et notamment des femmes, dans la guerre, ouvre la porte à de nouveaux droits: suffrage universel (masculin et éligibilité des femmes), dès 1919 en Belgique, allocation de chômage en Angleterre, projet de loi sur la journée de 8 heures en France, ébauche de l’émancipation de la femme, etc.

La Guerre est omniprésente dans les esprits notamment par la présence de dizaine, de centaines de milliers de “gueules cassées”, soldats et invalides de guerre qui continuent à vivre dans la population.
Le recul démographique important dû à la Guerre se traduisant par une baisse de la natalité, est renforcé par la Grippe Espagnole de 1918 qui fait près de 50.000.000 de morts.
Il y a un fossé générationnel entre les personnes âgées (les “gérontes”) au pouvoir, et la nouvelle génération.

Les idéologies politiques se dessinent dans le monde, suite à la Guerre et à la Révolution Russe de 1917, entre socialisme, fascisme et communisme.

Ces conséquences ouvrent la vingtaine d’années “l’entre-deux-guerres”, entre progrès sociaux, économiques, Années folles, électroménager dans les salons, Grande Dépression, fascismes et constitution de blocs antagonistes, qui séparent la Première Guerre Mondiale de la Seconde.

Enregistrer

Enregistrer

8 commentaires
  1. Anonyme dit

    La carte d’en haut est fausse, l’Italie est avec la Triple Entente. Je préviens

    1. Sam Zylberberg dit

      La carte est celle des alliances à la veille du conflit (cf. titre de la carte + légende). L’Italie est bel est bien dans la Triplice jusqu’en mai 1915 où elle rejoint la Triple Entente (contre promesse d’attributions territoriales) ;)

  2. Broek dit

    Quand a lieu l’armistice et pourquoi il a encore été signé dans un vagon ?

    1. Sam Zylberberg dit

      Hello Broek,

      L’armistice est signé à 5h15 le 11 novembre 1918 à Rethondes (dans la forêt de Compiègne dans l’Oise), effectivement dans un train dans l’optique d’avoir un lieu discret et à l’abri des regards. C’est à ce même endroit qu’Hitler revanchard exige que soit signé l’armistice du 22 juin 1940 entre les Français et les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

  3. Philémon dit

    Et ceci explique pourquoi l’armistice fut si complexe à signer !

  4. فصل دوم عاشقانه dit

    tnx for all

  5. regex dit

    Wow là c’est le pompon! Rarement appris autant de trucs en un article. Belle découverte que JeRetiens, je repasserai sans nul doute.
    Ça se voit que t’es historien, tu vois des liens partout et tout semble clair et limpide alors que c’est d’une complexité inouïe!

    1. Sam Zylberberg dit

      Merci regex :) Faire des liens et simplifier des structures emmêlées sont deux de mes grands plaisirs !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

vulputate, nunc id efficitur. ut dolor Nullam mi, id tristique vel, luctus