Les causes de la Guerre de Cent Ans

10

La Guerre de Cent Ans

Comprendre pourquoi la Guerre de Cent Ans a eu lieu

La Guerre de Cent Ans ! Un conflit qui remplit les manuels scolaires depuis des décennies, que tout le monde connaît « un peu », qui « nous dit vaguement quelque chose ».

Nous nous rappelons souvent de Jeanne d’Arc qui boute les anglais hors de France.

Parfois, les souvenirs remontent à la bataille d’Azincourt en 1415, sorte de catharsis désastreux pour une armée française tombée sous les grands arcs à longue portée des anglais.

Nous savons aussi que la guerre n’a pas vraiment duré 100 ans, un poil plus, de 1337 à 1453. De temps en temps, une réminiscence adolescente d’un cours d’Histoire frappe à la porte mémorielle : « toc toc toc, ils ne se sont pas battus non stop, un truc en rapport avec la Paix de Dieu ? »

Enfin quelques dates[1] survivent dans notre mémoire, 1337, 1415, 1453, un petit 1515 qui passe par erreur, mais la date est facile à retenir, alors bon.

La Guerre de Cent ans est un conflit complexe aux enjeux multiples. Il est facile de se perdre en conjectures, d’aller directement aux batailles, ou de le résumer à des figures tutélaires comme Edouard III, Jean Sans Peur ou Jeanne d’Arc.

Pour bien percevoir la genèse du conflit, il s’agit de distinguer dans un premier temps, ses causes de son déroulement, lesquelles retiendront notre intérêt dans cet article.
Nous ne penserons donc ni la Guerre de Cent Ans en termes d’histoire militaire, ni en termes de déroulement.
Nous nous concentrerons essentiellement sur le pourquoi.

La Guerre de Cent Ans peut être subdivisée en un triple conflit:
Un conflit féodal / territorial.
Un conflit dynastique.
Un conflit d’influence / économique.

 

Le conflit féodal

Le conflit féodal oppose la France et l‘Angleterre. Les deux puissances souhaitent s’étendre.
Le roi anglais a la particularité d’être le vassal du roi de France, ce qui complique leurs relations et le place dans une position incongrue.

Guillaume le Conquérant, vainqueur de la bataille de Hastings en 1066 qui lui a permis de s'emparer de la couronne d'Angleterre
Guillaume II de Normandie, dit Guillaume le Conquérant.

En effet, la conquête de la Grande-Bretagne est réalisée par Guillaume, duc de Normandie dit “le Conquérant” suite à la bataille de Hastings en 1066. La Normandie est un fief dont le seigneur est vassal du Roi de France, en tant que Duc de Normandie.
Cette situation n’est pas réglée par Guillaume le Conquérant (ou sa descendance) qui souhaite compartimenter l’administration anglaise d’une part et française de l’autre.

Les siècles s’installant, Le vassal anglais souhaite de plus en plus se détacher du suzerain français et gagner son autonomie tandis que le roi français désire développer son emprise sur la Guyenne, un territoire qui cristallise les tensions entre les deux pays et illustre le problème féodo-vassalique : la Guyenne est un fief, le roi anglais en est le vassal, le roi français en est le suzerain.

Quid ?Les relations féodo-vassaliques.
Les relations déterminent une bonne partie de la systémique du Moyen-Âge.

Il s’agit d’un contrat qui unit deux hommes.
Le féodo-vassalisme fonctionne sur base de deux principes hérités du Bas Empire qui « fusionnent » vers 730 : le bénéfice et la vassalité.
Le bénéfice (precaria) marque l’union d’un homme à un autre dans l’exploitation des terres.
La vassalité unit un propriétaire à un individu subordonné qui lui apporte son service militaire.
Ces systèmes fusionnent vers 730-750 et se généralisent sous Charlemagne (742-814) et son fils Louis le Pieux (778-840)
Le cheval se fait l’écho de la mutation des armées : des combattants se battent à cheval, ce qui coûte cher.
Pour remédier à cette nouveauté, le seigneur demande à son vassal son service militaire et lui donne en échange un fief. Un fief est l’usufruit d’une terre.

 

Le conflit dynastique

Le conflit dynastique s’exprime dans un problème de succession à la mort de Charles IV le Bel et dans un problème d’interprétation de la loi salique qui prévoit la division de l’héritage du défunt entre tous ses héritiers mâles.
Or, lorsque Charles IV le Bel décède en 1328, il est le dernier des Capétiens directs. Il meurt sans héritier.
Il faut absolument un homme pour monter sur le trône.
Les femmes sont écartées, si princesses qu’elles soient, emportant avec elles la potentielle prétention de leurs époux, eux-mêmes prétendants au trône grâce aux droits et la position de leurs épouses.
La règle est pourtant claire : une femme ne peut monter sur le trône et donc, de fait, ne peut pas transmettre le droit de monter sur le trône.

C’est Philippe VI qui accède au trône à l’issue d’un consensus afin d’éviter que la couronne ne glisse sur la tête d’un « étranger ». Philippe VI est le fils du frère cadet de Philippe IV le Bel, père de feu Charles IV.
Edouard III d’Angleterre, lui-même neveu Charles IV le Bel se revendique héritier légitime du trône de France et conteste les règles de succession.
Ses prétentions au trône de France peuvent être perçues comme un bon prétexte du déclenchement du conflit en 1337.

Liste généalogique simplifie des prétendants au trône de France durant la Guerre de Cent Ans

Quid ? Le droit salique.
Les origines de la loi salique remontent au IVème siècle, aux Francs saliens.
Rédigée majoritairement en latin, s’inspirant çà et là du droit romain, elle fixe des règles de compensation financière dans le but de réparer le dommage causé.Le droit salique couvre de vastes domaines allant du vol d’animaux (porcs, brebis, chèvres, chiens,… abeilles !), de biens, ou d’arbres, à l’outrage aux femmes, au meurtre, en passant par l’interdiction des mariages incestueux, ou encore la protection des animaux (interdiction de les frapper à outrance).L’intérêt de formaliser les outrages faits aux femmes et leur compensation, permet d’endiguer le fléau de la vengeance familiale, les faides.
Sous Clovis, en 511, la loi salique décrit la transmission des biens lors du décès : les femmes sont exclues de la succession et les terres sont partagées à parts égales entre les fils du défunt.
Ce concept de division du territoire est responsable de l’éclatement de vastes territoires ou de différents empires, comme celui de Charlemagne, partagé entre ses trois petits fils Charles le Chauve, Lothaire et Louis le Germanique, suite au traité de Verdun en 843.A l’heure où la Guerre de Cent Ans pointe le bout de son nez, la loi salique est désuète. Néanmoins, l’exhumation des articles concernant la transmission lors du décès, plus précisément l’interdiction de succession aux femmes, ou encore bannissant le mariage incestueux (entre cousins, avunculaire) permet de justifier l’éviction de bon nombre de candidats au trône de France suite au décès de Charles IV.

 

Le conflit d’influence

Le conflit d’influence se fait l’écho d’un jeu d’alliances sur l’échiquier géopolitique, autour de la Manche.
La France et l’Angleterre se disputent les droits de navigation et de pêche entre Calais et Douvres.

La Guerre de Cent Ans en images: carte de la France en 1330
Sphères d’influence durant la Guerre de Cent Ans

De plus, les Anglais ont des intérêts économiques dans la région des Flandres, alors fief français : le travail de la laine y est réputé et cette industrie dépend de la laine des moutons anglais.
Un maillage d’influences et de jeux de pouvoir s’opère dans la région entre la France et l’Angleterre : entre soutiens et pressions, tout est bon pour légitimer économiquement l’une ou l’autre nation.

C’est ainsi que le Comte de Flandre et leurs vassaux sont soutenus par la France alors que les classes entreprenantes et les seigneurs de Brabant sont soutenus par l’Angleterre.
De nombreux conflits d’intérêts éclatent alors dans la région comme l’interdiction d’importer de la laine anglaise en Flandre, ou l’exportation massive de laine anglaise dans le Brabant avec la condition sine qua non de ne pas en vendre en Flandre. Ce « conflit du  mouton » cristallise déjà les passions et sera lui aussi, un terreau fertile au déclenchement de la Guerre de Cent Ans.
Enfin, gardons à l’esprit que certains seigneurs, comme les Ducs de Bourgogne par exemple, soutiennent de France, le roi d’Angleterre.

Le conflit est donc loin d’opposer deux blocs unis, des divisions existent au sein même du royaume de France.

En conclusion:

Conceptualiser la genèse de la Guerre de Cent Ans peut être assez simple  s’il se fait en deux temps.
D’une part, le climat en Europe Occidentale, plus précisément dans les régions atlantiques et de la Manche est un climat de tensions économiques (« conflit du mouton », droits de navigation et de pêche), socio-politiques (influence et soutien de l’Angleterre aux les ducs de Brabant et aux marchands, soutien des ducs de Bourgogne à l’Angleterre, lien unissant les Comtes de Flandre et la France), et territoriales (l’Angleterre doit rendre des comptes sur les territoires qu’elle possède en France puisqu’elle en est le vassal, volonté des deux pays de s’étendre géographiquement et de gagner plus d’autonomie sur lesdits territoires).
D’autre part, l’exhumation des titres de la loi salique lors des querelles autour de la succession de Charles IV, mort sans héritier, pour évincer tel ou tel prétendant au trône est le prétexte idéal pour déclencher le conflit.
La prétention d’Edouard III d’Angleterre au trône français devient le parfait catalyseur pour le conflit.


[1] Tâchons tout de même de mettre quelques repères sur ces dates : en 1337, la guerre de Cent Ans Commence ; 1415 est facile à retenir et correspond à la bataille d’Azincourt où les soldats français tombent sous les flèches anglaises, une illustration de la suprématie technique de cette armée ; 1453 marque la fin du conflit, plus précisément le 9 octobre où la France récupère définitivement la Guyenne suite à un traité signé au château de Montferrand (Bordeaux). Enfin 1515 n’a aucun rapport avec la Guerre de Cent Ans, correspond tout simplement à la bataille de Marignan opposant François Ier et ses alliés vénitiens aux Suisses.

10 commentaires

  1. Mon résumé que je recopie ici:
    Théoriquement, les rois français, possédant les ressources financières et militaires de l’État le plus peuplé et le plus puissant d’Europe occidentale, détenaient l’avantage sur le royaume anglais, plus petit et peu peuplé. Cependant, l’armée expéditionnaire anglaise, bien disciplinée et utilisant avec succès leurs arcs longs pour arrêter les charges de cavalerie, s’est avérée victorieuse à plusieurs reprises sur des forces françaises beaucoup plus grandes: des victoires significatives se sont produites par mer à Sluys (1340), et par terre à Crécy (1346) et Poitiers (1356). En 1360, le roi Jean de France, pour sauver son titre, est contraint d’accepter le traité de Calais, qui accorde une indépendance complète au duché de Guyenne, désormais considérablement élargi à près d’un tiers de la France. Cependant, son fils Charles V, avec l’aide de son commandant en chef Bertrand du Guesclin, réussit en 1380 à reconquérir la quasi-totalité du territoire cédé, notamment par une série de sièges.

    Après un hiatus, Henri V d’Angleterre renouvelle la guerre et remporte la victoire à Agincourt (1415), conquiert la Normandie (1417-1418), puis tente de se faire couronner comme futur roi de France par le Traité de Troyes (1420). Mais ses succès militaires n’étaient pas assortis de succès politiques: bien qu’alliés aux ducs de Bourgogne, la majorité des Français refusaient la domination anglaise. Grâce à Jeanne d’Arc, le siège d’Orléans est levé (1429). Puis Paris et l’Ile-de-France sont libérés (1436-1441), et après la réorganisation et la réforme de l’armée française (1445-1448), Charles VII reprend le duché de Normandie (Bataille de Formigny, 1450), puis la Guyenne (Bataille de Castillon, 1453). La fin du conflit n’ a jamais été marquée par un traité de paix mais s’est éteinte parce que les Anglais ont reconnu que les troupes françaises étaient trop fortes pour être directement confrontées.

    J’ai en plus une question: on parle de Jeanne d’Arc comme une paysanne illettrée, mais j’ai des difficultés à saisir comment une paysanne a pu convaincre un roi et soulever une armée ?

  2. Ca me semble intéressant tout ça. Je serais très curieux de lire ton approche de la première guerre mondiale et de ses causes.
    PS: j’espère que ce message va passer, je suis à l’école et la connexion est très mauvaise… ça doit faire 10 fois que je tente !

  3. Cet article est passionnant, j’apprécie la mise en perspective et l’angle “peu scolaire” de l’approche. J’aime beaucoup vos illustrations également et pense définitivement, si vous me l’autorisez, à utiliser une partie de cette matière pour mes cours d’histoire (secondaire inférieur) ?
    D’avance, merci.

    • Hello xd44,
      Merci ! Oui tu peux l’utiliser pour tes cours, no problemo :)
      C’est toujours très chouette de voir avec ses élèves les causes structurelles et conjoncturelles des évènements, ça leur offre une vision différente des conflits et surtout ça leur permet de faire toute une série de liens avec d’autres faits !

      • Merci pour l’autorisation. N’est-ce pas un peu complexe d’aborder les causes structurelles et conjoncturelles pour des élèves de 13-15 ans ? Dans les programmes, il faut plutôt insister sur les compétences et ce type d’analyse est plutôt pour des rhétos ou des cinquièmes, non?

        • Oui, je connais bien les compétences mais suis plutôt partisan de leur transmission de manière logique en axant le cours sur le contenu plutôt que sur la pratique de la C1, C2, C3, ou C4 en Histoire !
          En ce qui concerne les causes structurelles et conjoncturelles, je les ai expliquées à mes élèves de première secondaire lorsque j’enseignais à l’école et ils ont très bien compris. Mon conseil: viser simple, pas besoin de complexifier plus que les termes, établir la distinction de fait, et utiliser un exemple marquant. Dans ce cas-ci, c’était la Première Guerre Mondiale. Je pourrais éventuellement publier un article dessus si tu (ou d’autres) es (êtes) intéressé(s) :)

Commenter