Le traité de Verdun en 843 et la division de l’empire de Charlemagne

Le traité de Verdun

Charlemagne (~747 – 814) est resté dans les mémoires pour la création et surtout l’unification de son empire.
Il est couronné empereur en 800. Durant son règne, Charlemagne valorise les idéaux romains, unifie les royaumes sous son joug et tente de créer une Église unique.
D’un point de vue religieux et culturel, le modèle romain est mis en avant et le rôle de l’évêque de Rome est prépondérant.

Les descendants de Louis le Pieux, fils de Charlemagne. L'année de décès est indiquée entre parenthèses.
Les descendants de Louis le Pieux, fils de Charlemagne. L’année de décès est indiquée entre parenthèses.

A la mort de Charlemagne, de tous ses fils, seul Louis le Pieux est survivant. Il hérite donc naturellement des territoires et son père et prend des mesures pour maintenir l’unité.
En 817, l’Empire est unitaire car Louis le Pieux associe au pouvoir son fils aîné Lothaire.
Ses deux autres fils, Charles le Chauve et Louis le Germanique, se révoltent contre Lothaire et leur père, souhaitant une part du gâteau.

En 840, Louis le Pieux meurt. Durant trois ans des querelles intestines vont avoir lieu: Charles le Chauve associé à Louis le Germanique contre Lothaire.
Les querelles d’héritage et notamment la tradition salique de diviser les territoires et de les répartir entre les fils, à la mort du père, poseront de nombreux problèmes et seront à l’origine de nombreux conflits durant le Moyen-Âge. Les problèmes de succession seront, par ailleurs, un des détonateurs de la Guerre de Cent ans.

En 842, les deux frères alliés signent les Serments de Strasbourg; il s’agit de quatre serments rédigés en vieil allemand et en vieux français qui unissent les troupes de Charles le Chauve et de Louis le Germanique. Ces serments constituent à ce jour la plus vieille trace écrite de ces deux langues.

En 843, le traité de Verdun est réalisé entre les trois frères, mettant un terme à ces guerres de succession. Il s’agit d’un serment oral néanmoins des textes contemporains en relatent les clauses.

L’empire de Louis le Pieux est divisé en trois parties, entre les trois frères, de manière égale. Tant d’un point de vue territorial que d’un point de vue des richesses. Les frontières entre ces trois royaumes sont fixées en reprenant celles des évêchés (les anciennes frontières).
Ces trois territoires sont la Francie Occidentale pour Charles le Chauve, la Francie Médiane pour Lothaire et la Francie Orientale pour Louis le Germanique.
La frontière entre la Francie Mediane et la Francie Occidentale passe sur l’Escaut, la Haute-Meuse, la Saône et le Rhône. La frontière entre Francie Mediane et la Francie Orientale est le Rhin, l’Italie fait partie de la Francie Mediane.

La répartition des territoires de l'Empire Carolingien après le Traité de Verdun en 843.
La répartition des territoires de l’Empire Carolingien après le Traité de Verdun en 843.

De ces trois états, un va disparaître: la Francie Médiane. Les deux autres deviendront, en schématisant, les noyaux de la France (Francie Occidentale) et de l’Allemagne (Francie Orientale).

Pour se remémorer la date du Traité de Verdun, il existe un mnémonique “vraiment très con” et c’est peu dire !
En apprenant simplement la suite de mots “vraiment très con” et en comptant le nombre de lettres par mot, on obtient 843 !

Pour: Vraiment (8) très (4) con (3).

Il ne faut parfois pas aller bien loin pour trouver une méthode facile pour retenir des dates en histoire !

Enregistrer

2 commentaires
  1. marianne dit

    j’ai trouvé cet article très intéressant néanmoins j’aimerais apporter une précision sur les serments de strasbourg concernant les langues utilisées :
    En 842 Louis le germanique et Charles le Chauve s’unissent contre Lothaire et se font une promesse que chacun formule dans la langue de l’autre : Louis en « roman » (lingua romana) et Charles en « tudesque » (langue germanique).

    1. Sam dit

      C’est une très bonne précision !
      D’ailleurs, pour continuer à parler des serments ajoutons deux éléments :
      – Il y a eu quatre serments liant les frères et leurs armées mutuelles. Deux serments dans chaque langue.
      – D’un point de vue philologique, ces textes sont très intéressants. Nonobstant l’habituelle non-retranscription des traités à l’époque, ces serments ont été relatés par un témoin. Ce qui en fait la plus ancienne transcription de “vieux français” et de “vieil allemand” !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

ut sem, leo. Aenean accumsan libero. Phasellus felis elementum sit elit.