Banquiers et usuriers au Moyen-Âge : comment est née la banque moderne ?

La banque moderne connaît des débuts prometteurs au début et au milieu du Moyen Âge. Les opérations bancaires existent déjà auparavant, mais jusqu’à la reprise économique du XIIIème siècle, elles sont limitées dans leur portée et leur fréquence. À l’aube des XIIème et XIIIème siècles, les banquiers ont été regroupés en trois catégories distinctes : les prêteurs sur gages, les changeurs de monnaie et les banquiers d’affaires. Mais avec ces spécialisations économiques sont venues la dénonciation et le contrecoup religieux. Cependant, ces banquiers ont persévéré et une nouvelle industrie est née.

Les trois catégories de banquiers et leur rapport au sacrilège

Après la chute de l’Empire romain à la fin du Vème siècle, des siècles de profonde dépression économique, de forte déflation des prix et de circulation monétaire lente ont suivi.
À la fin du XIIIème siècle, avec la reprise économique, on distingue trois classes d’agents de crédit : les prêteurs sur gages, les changeurs de monnaie et les banquiers de dépôts, et les banquiers d’affaires. Ces derniers constituent la nouvelle élite de la profession, sans précédent dans l’Antiquité et au début du Moyen Âge.
Riches entrepreneurs commerciaux, gouverneurs non couronnés de villes-États, prêteurs aux monarques, parents de papes, ils ne sont nullement gênés par les restrictions canoniques.

A l’opposé de la profession, les prêteurs sur gages sont des successeurs dégradés des premiers usuriers du Moyen Age. Ils sont des pécheurs publics délibérés, assimilés à des prostituées, et donc tolérés sur terre mais voués à l’enfer à moins qu’ils ne se repentent et ne restituent intégralement leurs gains maudits.

À mi-chemin, les changeurs et les banquiers de dépôts se sont séparés et ont formé le noyau de la profession. Ils doivent leur respectabilité au changement manuel, qui n’impliquait pas de crédit. Ils convertissent une monnaie dans une autre et, pour ce service, ils facturent des frais légitimes.

Boîte de changeur de monnaie
Boîte de changeur de monnaie en 1655.

Il est certain que c’était un secret de polichinelle que, dans le cas de change à longue distance, entraînant un retard de transport, une prime serait versée en falsifiant le taux de conversion; il est tout aussi évident que le stock de changeurs dans le commerce serait largement emprunté et prêté à des taux d’intérêt non ouvertement déclarés. Mais ces défaillances ne sont pas des péchés publics, et la plupart des changeurs ont allégé leur culpabilité en incluant dans leur testament un legs symbolique à une œuvre de charité en guise de dédommagement pour toute somme d’argent obtenue de manière sacrilège.

La pratique de la banque moderne en Italie et les sources historiques

Un grand nombre d’activités bancaires médiévales et leurs centres d’opérations sont établies en Italie. Florence, Gênes, Lucques, Venise et Rome sont quelques-unes des villes-états qui ont donné naissance à ces activités bancaires. Même si Gênes n’est pas devenue un leader bancaire en soi au cours des siècles médiévaux, il se trouve qu’elle conserve les premiers livres de procès-verbaux de notaires, et ces livres contiennent un nombre assez important de documents montrant des banquiers au travail. Presque toutes leurs inscriptions concernent des opérations de crédit, mais seule une minorité est rédigée par ou pour des banquiers, qui enregistrent les opérations de routine dans leurs propres livres et n’avaient recours aux notaires que pour des contrats spéciaux.

Illustration des comptoirs de banque italiens
Illustration de Coacharellli dans un manuscrit du XIVème siècle représentant des banquiers autour d’un comptoir italien, d’un banca (1340, conservé à la British Library).

 

Il ressort des procès-verbaux et des documents officiels des notaires que les locataires d’une banca (banc installé dans un lieu public pour échanger des devises) sont responsables devant le gouvernement génois de la conversion des devises nationales et étrangères les unes dans les autres selon les besoins du marché, de la recherche de pièces de monnaie contrefaites ou interdites et, d’une manière générale, de la surveillance de la circulation. Le gouvernement leur impose rapidement de garder leur argent liquide et leurs registres à disposition pour inspection, et d’obtenir des garants qui seraient responsables de leurs dettes jusqu’à un certain montant. En contrepartie de ces restrictions, le gouvernement soutient la crédibilité des banquiers: il reconnait les inscriptions dans leurs livres comme preuve légale des transactions effectuées par leur intermédiaire. Un peu plus tard, il ordonne aux tuteurs des mineurs de déposer l’argent des pupilles dans une banque.

La naissance des découverts bancaires

Certains citoyens trouvent pratique de déposer une partie de leur argent sur un compte bancaire et de recevoir un intérêt modéré (souvent camouflé en tant que bonus optionnel) tout en utilisant le compte pour recevoir et effectuer des paiements par virement écrit dans le livre de banque. Un déposant fiable est souvent autorisé à mettre son compte à découvert dans certaines limites. Le banquier, à son tour, est autorisé à investir dans son propre commerce les dépôts de ses clients. Un commerçant créé un crédit de rétroaction en chargeant un banquier (ou un autre commerçant) de fournir des devises à l’étranger, tout en acceptant ouvertement ou secrètement de renoncer au remboursement à l’étranger afin de recevoir un paiement différé dans la devise et le lieu d’origine.

Il existe encore des documents sur une société marchande génoise active dans le secteur bancaire de 1244 à 1259 : la société Leccacorvo. Ses archives permettent d’étudier l’image d’une organisation bancaire marchande typique. L’organisation était sommaire, presque rudimentaire, mais son activité ne l’était pas. Les activités de base de la société Leccacorvo se situent dans le domaine des opérations de change et des dépôts. Les contrats de change à distance sont les éléments les plus fréquents dans la série des procès-verbaux de notaire concernant cette société. Les écritures de virement dans les livres de banque, principalement les découverts, sont mentionnées presque aussi souvent. Les contrats notariés sont généralement des instruments de crédit pour les personnes fortunées. La banque Leccacorvo faisait la plupart de ses affaires avec des commerçants établis, des banquiers et des fonctionnaires du gouvernement, y compris les communes de Gênes et de Plaisance, le roi de France et le pape.
La banque Leccacorvo représente également une des premières banqueroutes documentées du monde bancaire.

Les procès-verbaux du notaire montrent également que la banque augmentait régulièrement ses investissements dans le sens du commerce. D’autres investissements connus étaient : le tissu français fin, la soie orientale, les épices, les fourrures, les produits en coton, la laine pour l’industrie locale croissante, le sel pour la consommation universelle, tout cela par le biais des contrats commerciaux habituels de prêt maritime ou de recommandation.

L’art de changer de l’argent, à Lucques

Une autre ville italienne mène ses activités bancaires de manière similaire, mais distincte. La ville toscane de Lucques, bien qu’éclipsée par sa voisine Florence à la fin du Moyen Âge, était au XIIIème siècle le principal centre de l’industrie de la soie et le centre d’un réseau de partenariats bancaires commerciaux qui, en 1300, s’étend à tous les grands centres financiers et commerciaux européens. Au niveau local, ses changeurs de monnaie, qui s’adressent au départ principalement aux visiteurs étrangers, dépassent le stade du change manuel et du commerce des lingots pour s’orienter vers le secteur des dépôts et des transferts bancaires.

Au XIIIème siècle, on distingue à Lucques deux groupes de banquiers professionnels. Le premier, les changeurs de monnaie, sont déjà florissant depuis longtemps. Le second, les marchands engagés dans le commerce à long terme, perfectionnent les techniques financières et l’organisation des affaires sur lesquelles le commerce international et la finance du XIIIème siècle doivent reposer. Bien que le processus n’ait pas été achevé, les changeurs de monnaie deviennent des banquiers de dépôt et de transfert, tandis que les commerçants internationaux génèrent de plus en plus de crédits commerciaux par des opérations de change courantes.

L’art de changer de l’argent est très apprécié à Lucques. En 1111, le serment exigé de tous les changeurs de monnaie ou marchands d’épices souhaitant s’installer sur la place de la cathédrale est inscrit sur la façade de la cathédrale de San Martino, où il est encore visible aujourd’hui. Le serment, par lequel les changeurs et les marchands d’épices jurent de ne commettre “aucun vol, ni trucage, ni falsification”, est également visible pour leurs clients, qui se pressent sur la place de la cathédrale pour changer de l’argent ou acheter des herbes exotiques et des médicaments sur les tables et les étals mobiles qui y sont installés. Bien que le change manuel ait continué à être un service essentiel des changeurs de monnaie, au XIIIème siècle, ils ajoutent d’autres fonctions à leur répertoire.

La place de la cathédrale est restée le centre des activités des changeurs tout au long du Moyen Âge. Les activités commerciales en plein air sont menées depuis un siège situé derrière une table portative, la tavola, probablement couverte par un auvent. Le sol sur lequel se trouvait la table est soit la propriété du changeur, soit loué par lui. La plupart des activités des changeurs sont menées à partir de magasins situés dans des maisons en face de la Cour de San Martino.

Bien que l’organisation de l’activité des changeurs semble être familiale, les changeurs individuels mettent parfois leurs ressources en commun dans le cadre de partenariats. Ces entreprises sont de petite taille, impliquant généralement deux ou peut-être trois changeurs. La durée des accords de partenariat individuels est généralement courte, de trois mois à un an. Mais une fois que deux changeurs se réunissent, ils ont tendance à rester en tant que tels pendant un temps considérable en établissant successivement de nouveaux accords de partenariat.

Le banquier d'affaire au moyen-âge
Le banquier Jacob Fugger avec son comptable. Les dossiers derrière eux citent le nom des succursales de la maison Fugger : Rome, Venise, Cracovie, Lisbonne, Innsbruck, Nuremberg, etc.

La condamnation des prêts (de l’usure) par l’Église

Mais il arrive que presque tous les changeurs de monnaie et les banquiers d’affaires doivent croiser le chemin de la conscience sociale du Moyen Âge, l’Église et sa condamnation des intérêts des prêts, appelés usure.

La condamnation de l’usure par l’Église n’empêche pas les usuriers d’exister ou de pratiquer leur métier. Dès le début du XIIIème siècle au moins, les théologiens et les canonistes distinguent l’usure ou le profit sur un prêt, mutuum, des transactions quotidiennes telles que les contrats d’association, societas ; de localisation, locatio ; et de vente, emptio. La croissance des méthodes commerciales modernes n’est pas non plus née de la volonté de contourner la condamnation de l’usure. Même lorsque l’interdiction de l’usure n’a pas affecté la pratique commerciale, elle affecte l’état spirituel de l’homme d’affaires. Du XIIIème au XVème siècle, il y a une séparation entre l’usurier-courtier et le banquier d’affaires. Néanmoins, il faut beaucoup de temps pour faire la distinction entre le marchand et l’usurier; et pour cause, si le marchand pratique des méthodes tolérées par l’Église, il en pratique généralement d’autres qu’elle qualifie et condamne d’usure.

Les preuves documentaires soutenant la position de l’église contre l’usure se trouvent au cours du long mais divisé XIIIème siècle (vers 1180 à 1280), lorsque l’économie monétaire connait sa grande expansion. Le sort éternel et terrestre de l’usurier est décidé par les condamnations des conciles généraux: Latran III en 1179, Lyon II en 1274, et Vienne en 1311.

Le deuxième concile due Latran (1139) condamne l’usure comme ignominieuse. Le IIIème concile de Latran va plus loin: le canon 25, quia in omnibus, érige trois décisions capitales:

  • L’excommunication pour les usuriers ouverts, la catégorisation de l’usurier par l’Église pendant cette période, l’excluant ainsi de la communauté chrétienne.
  • Le refus de l’inhumation en terrain chrétien.
  • L’interdiction des offrandes des usuriers, les excluant ainsi de la pratique essentielle de la bienfaisance publique médiévale.

En 1214, le canon Usurarum de Lyon II étend les condamnations précédentes aux usuriers étrangers tels que les Siennois et les Florentins en Angleterre, et ceux appelés prétatores en Italie, cahorsini en France, et renovatores en Provence.

L’isolement des usuriers est complété par le canon 15 du Conseil de Vienne (1311), qui étend l’excommunication à ceux qui autorisent l’usure ou protègent les usuriers: les législateurs autorisant un taux d’usure minimum et les pouvoirs publics qui l’utilisent, les princes et les pouvoirs publics protégeant les usuriers, et les confesseurs donnant l’absolution aux usuriers non repentis.

Un lien avec le travail comme pénitence

Ces interdictions religieuses rendent les perspectives des usuriers très sombres. Contre lui s’aligne une préoccupation idéologique du moment: le travail. Le travail émerge d’une longue malédiction héritée des sociétés archaïques et sanctionnée par la Genèse, où le travail est la punition de l’homme pour le péché originel. Vers le milieu du XIIème siècle, le travail devenient une vertu positive et une pierre de touche du système de valeurs socio-religieuses. Toute personne qui travaille s’attend à être justement rémunérée, à recevoir un bénéfice pour l’accomplissement d’un devoir. Or, l’usurier est le banquier d’affaires qui reçoit les profits les plus honteux de tous, puisque le prêt à intérêt lui rapporte de l’argent sans qu’il ait travaillé. L’usurier veut faire du profit sans aucun travail et même en dormant, ce qui est contraire à l’enseignement de l’Église : tu gagneras ton pain à la sueur de ton front.

L’usurier assimilé au criminel et à la prostituée

L’usurier s’est trouvé, avec le temps, lié aux pires malfaiteurs, aux pires occupations, aux pires péchés et aux pires vices car il est un malfaiteur du plus haut degré, un pilleur et un voleur. La loi laïque ne punit pas les usuriers par la pendaison, comme elle le fait pour les bandits de grand chemin et les voleurs de droit commun, car les usuriers n’entrent pas dans le trouble de l’ordre public et sont parfois même à être utiles à la population. Mais l’Église les poursuit comme tous les voleurs parce qu’ils vivent de leur usure.

La deuxième occupation dégradante souvent mentionnée en rapport avec l’usure est la prostitution. L’usurier ouvert, comme la prostituée, exerce un métier public à la fois connu et honteux. Pourtant, avec les prostituées, il y a des circonstances atténuantes; elles travaillent même si leur travail est humiliant, et aussi, la propriété de l’argent passe effectivement du client à la prostituée, ce qui n’est pas le cas avec le prêt de l’usurier au débiteur.

La vie et la mort de l’usurier, en pratique

Si de son vivant, l’épreuve des usuriers est intense, la mort ne va pas lui apporter la paix. Parce que son destin est de mourir impénitent, il est candidat à la mort atroce des grands pécheurs : l’enfer. Vient ensuite le problème du lieu de sépulture. L’inhumation de l’usurier est complexe. Normalement, on lui refuse une tombe chrétienne, conformément aux prescriptions du troisième concile de Latran. Mais si, par erreur ou par ignorance, des hommes d’église lui accordent des funérailles chrétiennes, soit son enterrement est perturbé par des incidents diaboliques, soit est raconté que seul un simulacre du corps est enterré, le véritable lieu de sépulture de l’usurier étant l’enfer.

En ce qui concerne le salut éternel, qui est la préoccupation essentielle de la grande majorité des gens du treizième siècle (y compris des usuriers), le choix n’est pas seulement entre le ciel (impensable pour la majorité des usuriers) et l’enfer. Une troisième voie vers l’éternité s’ouvre à la fin du XIIème siècle : le purgatoire, excisé de l’enfer pour devenir une antichambre du ciel.

Seule la croyance au purgatoire et les pratiques auxquelles il donne lieu peuvent permettre d’adopter ainsi les exigences de la religion, par les dispositifs de réparation et de réduction de la souffrance, aux complexités d’une nouvelle réalité. Certes, tout n’est pas gagné pour l’usurier au début du XIIIème siècle. Dans la Divine Comédie, il n’y a pas d’usuriers au purgatoire: ils sont tous en enfer, au bout du septième cercle celui de l’Hérésie, sous la pluie de feu. Ils sont tous dépeints comme des gens tristes, chacun avec une bourse suspendue perpétuellement à son cou. Mais avec le début du treizième siècle, de nouvelles possibilités idéologiques sont apparues et avec la naissance du purgatoire, la  banque est sur le point de naître.

Les cercles de l'enfer de la Divine Comédie de Dante
La carte de l’Enfer : l’Enfer vu par Sandro Botticelli, illustration d’un manuscrit de la Divine Comédie, vers 1485–1495.
Sam Zylberberg

Laisser un commentaire