Avoir l’intention et faire attention

Les 3 facteurs qui président à l’enregistrement des idées, des faits ou des données, sont :

C’est dans cet ordre qu’il faut les mettre en action. Si vous négligez l’un de ces facteurs cela ne vous empêchera pas forcément de retenir. Mais lorsque vous désirez retenir consciemment et durablement quelque chose il est indispensable de suivre le processus complet : impression, association, répétition.

C’est ce qui explique que nous retenons par exemple le nom d’une personne rencontrée à une réunion et que nous n’arrivons pas à nous souvenir du nom d’une autre personne présente à la même réunion. Dans un cas vous avez accordé une attention suffisante à la personne (impression), vous avez peut-être établi dans votre esprit (consciemment ou inconsciemment) certaines associations relatives à cette personne, et son nom a été mentionné plusieurs fois (ou vous l’avez répété intérieurement).

Dans l’autre cas vous n’avez peut-être pas fait suffisamment attention (d’où une impression insuffisante) ou bien vous n’avez fait aucune association ou vous n’avez pas entendu ou répété son nom.

A des conditions d’enregistrement différentes, correspondent des intensités de souvenir différentes


1 – FIXEZ BIEN LES IMPRESSIONS

Voici comment vous devez procéder pour que les souvenirs se fixent bien.

1 – 1 Ayez l’intention et faites attention

La première condition pour bien fixer les impressions est de le vouloir. Pour cela il faut avoir un intérêt réel pour la personne ou la notion dont on veut se souvenir. Vous aurez toujours beaucoup de difficulté à fixer votre attention sur quelque chose qui ne vous intéresse pas. C’est pour cette raison que vous ne vous souvenez pas du nom de gens que vous avez eu l’occasion de rencontrer mais qui ne vous intéressent pas réellement.

De même si vous n’avez pas l’intention préalable de vous rappeler quelque chose, vous risquez de ne pas y prêter une attention suffisante. Cela explique pourquoi vous avez du mal à vous rappeler certaines choses que vous avez vues, mais que vous ne pensiez pas avoir à évoquer ultérieurement. Exemple : combien de personnes y avait-il en même temps que vous hier chez le boulanger ?

Cette règle, c’est Freud lui-même, le père de la psychanalyse, qui nous l’enseigne :

“L’intention est un facteur essentiel pour tout souvenir et pour tout oubli”

Nous nous souviendrons des choses dont nous avons l’intention de nous souvenir et nous oublierons ce que nous avons (nous ou notre inconscient) l’intention d’oublier.

En termes plus simples la règle de Freud se traduira pour nous sur le plan pratique par :

Pour retenir quelque chose, il faut le vouloir consciemment

Pour avoir une bonne mémoire, il est indispensable de fixer convenablement votre attention et de vous entraîner à ne pas vous laisser distraire. C’est ce que l’on nomme “la concentration”.

C’est pour cela que nous vous avons déjà fait faire des exercices de concentration. Ces exercices de concentration bien que ne faisant pas jouer la mémoire, contribuent très largement au bon fonctionnement de celle-ci.

N’oubliez donc pas cette règle suivante :

Pour bien fixer les impressions, il faut savoir se concentrer

Si vous marquez une pièce de métal avec un poinçon, la marque sera d’autant plus profonde que vous aurez tapé fort. Il en est de même avec la mémoire. Une image sera d’autant mieux fixée que l’impression aura été forte. Si vous avez vu un jour un avion s’écraser contre un immeuble, c’est une image que vous n’oublierez jamais. Si vous avez vu une personne se noyer sans pouvoir lui porter secours, vous ne l’oublierez pas non plus. C’est pourquoi il faut essayer d’associer à des images fortes les notions que nous ne voulons pas oublier.

Supposons par exemple que l’un de vos clients importants vous demande de l’appeler au téléphone samedi prochain après dîner. Nous vous indiquerons comment aider votre mémoire à vous rappeler ce coup de téléphone en temps opportun. Mais dès maintenant il faut savoir que vous diminuerez vos risques d’oubli si vous associez en pensée cet appel téléphonique à une image forte. Imaginez-vous un instant en train de téléphoner à votre client et voyez le en train de signer un chèque important en couverture d’une commande. Inversement représentez-vous votre client en colère en train de vous expulser de son bureau en vous reprochant d’avoir oublié de lui téléphoner. Tout cela ne prend en pensée que quelques secondes et pourtant des associations imagées aussi simples que celles-là peuvent améliorer votre mémoire sans aucun effort pénible de votre part.

Plus loin nous vous expliquerons comment la méthode des associations imagées peut vous rendre des services considérables dans tous les domaines où s’exerce votre mémoire. La règle que nous venons d’exposer explique pourquoi on a intérêt à toujours utiliser des images mentales fortes et mêmes insolites ; car ce qui est fort ou insolite reste bien mieux gravé dans la mémoire.

Rappelez-vous donc cette règle :

Pour faciliter le souvenir, créez-vous des images mentales fortes

Exercice n°1

Vous allez refaire un exercice que vous avez déjà fait, et qui consistait à compter sur votre mémoire pour penser à faire demain soir une chose particulière. Mais cette fois vous allez penser à faire quelque chose de précis à l’extérieur : par exemple, penser à téléphoner à un ami demain avant dîner, ou penser à aller chez le pharmacien après votre travail. Essayez d’appliquer la méthode préconisée des “images fortes“. Par exemple : imaginez vous torturé par la douleur parce que vous aurez oublié de passer chez votre pharmacien, ou celui-ci en train de vous faire de violents reproches, etc.

Exercice n°2

Choisissez un ouvrage difficile, d’un auteur connu pour son style aride et abstrait (par exemple Pascal, Descartes ou Proust). Commencez en lisant une dizaine de phrases. Puis reprenez chaque phrase en ne passant à la suivante qu’après avoir pénétré parfaitement le sens de ce que vous lisez. Prenez un dictionnaire s’il y a lieu. Avancez chaque jour d’une dizaine de phrases en relisant ce que vous avez vu les jours précédents. Au bout d’une semaine, mettez par écrit ce que vous avez retenu. C’est un des meilleurs exercices qui existe pour le développement de votre capacité mentale (mémoire et concentration). Lorsque vous aurez terminé ce cours, il faudra le mettre en pratique au moins 2 ou 3 fois par semaine.

1 commentaire
  1. billy page dit

    Les fondamentaux du traité de mnémotecnique antique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

massa felis Curabitur ut Donec libero. dolor et, in at venenatis,