Le mariage en Mésopotamie et à Babylone

Alors que la mariée s’approche de l’autel cérémonial en tenant le bras de son père, le marié jette un coup d’œil nerveux sur la scène qui l’entoure. Non loin de là se trouvent les cadeaux qui seront bientôt échangés. Les membres de la famille se tiennent fièrement dans une atmosphère festive. Est-ce que cela se passe dans le nord de l’État de New York, dans un jardin tropical à Miami, ou dans une vieille église pittoresque parisienne ? Peut-être, mais cela aurait pu se produire quelque part en Mésopotamie antique. Dans la société occidentale, certains aspects des relations et de la composition familiales modernes remontent à la Mésopotamie et à la Babylone anciennes. Des idées telles que le mariage et le divorce ont alors commencé à se développer. A travers d’innombrables documents juridiques de la période sumérienne à la période séleucide, nous voyons l’individu comme père, fils, frère ou mari. La racine de ces relations a commencé par une proposition, suivie du contrat de mariage, et s’est terminée par le mariage. Le jeune couple mésopotamien a alors choisi où vivre. Dans certaines circonstances, l’homme devait décider d’avoir une autre femme ou une concubine. En un rien de temps, les jeunes mariés engendrent des enfants. Le père, en tant que chef de famille, avait toute autorité sur eux. Ce pouvoir s’étendait à des questions telles que l’adoption et l’héritage. La taille de l’unité familiale dépendait de l’endroit en Mésopotamie où elle s’est formée.

L’unité familiale en Mésopotamie était petite et restreinte, bien que dans certaines régions du sud de la Babylone, il existait un clan semblable ou même des organisations tribales de quelque sorte. À l’époque néo-babylonienne, une mesure de la conscience familiale est apparue sous la forme de noms de famille ancestraux à des fins d’identification. La première étape de la création d’une unité familiale, qu’elle soit petite ou clanique, est bien sûr le mariage. Ironiquement, pendant la plus grande partie de l’histoire, elle a laissé la future mariée à l’écart du processus décisionnel. Le mariage, considéré comme un contrat légal, et le divorce comme sa rupture sont également affectés par les procédures officielles. Le futur époux et son beau-père s’entendent sur un contrat et en cas de divorce, le beau-père a droit à la satisfaction. Le contrat conclu entre le prétendant et le père de la future mariée stipulait un prix pour la main de la jeune fille. Elle a reçu la somme donnée au père. Si le mariage n’a pas donné naissance à des enfants, le prix que le marié avait payé pour sa femme lui a été restitué à son décès, s’il ne l’avait pas déjà été. Le manque d’enfants n’était pas la seule raison de rembourser le prix payé pour la femme ; son décès pouvait entraîner un remboursement. Une fois mariée, la jeune fille est devenue membre à part entière de la famille de son futur mari. S’il mourait, elle épouserait l’un de ses frères ou, s’il lui manquait des frères, l’un de ses proches parents. Si ces conditions n’ont pas eu lieu, son père lui a rendu tous ses droits sur elle et lui a rendu tous les cadeaux qu’elle avait reçus sauf ceux qu’elle avait consommés. Inversement, si la jeune fille décède et que son futur mari ne veut pas épouser l’une de ses sœurs, il reprendra tous les cadeaux qu’il lui a donnés.

Une fois l’accord conclu, la cérémonie de mariage pouvait désormais avoir lieu. Cette cérémonie a pris la forme de la remise de la femme à son mari. Si tous deux appartenaient à la classe des citoyens libres, le mari voilait son épouse en présence de témoins et déclarait solennellement ” elle est ma femme “. Au cours de la cérémonie de fiançailles, le futur mari de la jeune fille a versé du parfum sur sa tête et lui a apporté des cadeaux et des provisions. Après le mariage, l’endroit où le couple vivrait restait la seule question à l’ordre du jour. La vie conjugale peut commencer soit par le séjour de la mariée dans la maison de son père, soit par l’accompagnement de son mari chez le sien. Dans le premier cas, le mari a donné à la femme une somme appelée dumaki pour l’entretien de la maison. En cas de décès du mari, cette contribution n’est restée la propriété de la veuve que si le défunt n’avait laissé ni fils ni frères. Si, par contre, le jeune couple allait vivre dans la maison du mari, la femme apportait avec elle un sherigtu, ou dot.

Le sherigtu, avec les cadeaux que la mariée avait reçus, restait la propriété inaliénable de ses enfants, et les frères de son mari ne pouvaient le réclamer. En plus de ces cadeaux, la mariée peut recevoir un mariage conjoint ou nudunnu, un cadeau spécial qui lui est fait au moment de ses fiançailles. Le nudunnu est resté sa propriété même si elle a divorcé. Enfin, elle recevait aussi un cadeau d’or, d’argent, de plomb ou de nourriture pour le repas de noces. Après le mariage, le mari et la femme se sont installés dans les routines de la vie quotidienne. Pour le mari, c’était généralement son seul mariage, tant que la femme vivait et fournissait des enfants. Il n’était cependant pas rare d’avoir un autre conjoint ou même une concubine.

La seule occasion considérée comme justifiable et légitime pour un homme de prendre une autre femme était dans le cas où la première épouse s’avérait infertile. Malgré cela, le mari peut garder non seulement sa femme, mais aussi une concubine. La maîtresse n’avait le droit de porter le voile que lorsqu’elle accompagnait son épouse légale à l’extérieur. Ce droit, que le Code de Hammourabi avait accordé aux Babyloniens, resta en vigueur pendant près de cinq cents ans. Ce droit ne permettait toutefois pas au mari d’avoir deux ” épouses ” ; ce titre appartenait à l’épouse légale dès le moment où il lui a mis le voile. Par rapport à cette dernière, la concubine occuperait toujours une position légèrement inférieure. Choisie à l’origine parmi les esclaves, elle devait faire son devoir dans le respect de l’épouse légitime. Habituellement, le premier enfant est né de ces relations, que ce soit avec une femme célibataire ou avec un conjoint et une maîtresse. La naissance du premier enfant marque une nouvelle étape dans la vie du mari, qui est maintenant chef de famille.

Les droits d’un père sur ses enfants sont rarement limités. Il pourrait, par exemple, les déposer auprès d’un créancier pour garantir le remboursement d’une dette. Dans certains documents juridiques, il apparaît comme ” maître ” ou ” propriétaire ” de son enfant, un concept totalement étranger à l’idée moderne du père. Il a également le droit d’adopter d’autres enfants. Elles ont obtenu les mêmes droits d’héritage que les autres enfants de sexe masculin de la famille si ce n’est au détriment des fils nés dans le mariage. La cérémonie d’adoption s’est déroulée en présence de témoins. En échange de ses droits nouvellement acquis, l’enfant adopté a offert un petit cadeau à son nouveau père. Le nouveau père a acquis des droits très étendus sur l’enfant adopté. Il peut mettre fin à l’adoption à son gré et renvoyer l’enfant. Si l’enfant renonce à sa famille adoptive, il sera simplement expulsé et renvoyé chez lui.

Un exemple de ce droit puissant apparaît comme une loi en vertu du Code de Hammourabi. Cette loi stipulait que le fils d’une femme en vœu, ou dévot, qui répudiait ses parents adoptifs, se faisait couper la langue. En ce qui concerne l’héritage, le premier-né a reçu une part privilégiée de la succession paternelle. Au début de la période historique

nne, des dispositions ont également été prises pour assurer la dot de la fille et les frais de mariage du fils cadet. Normalement, les frères avaient en commun les champs et les jardins hérités pour éviter leur division en plus petits lots. Ils vivaient souvent avec leur famille dans la maison de leur père. La veuve a continué à vivre dans la maison de son ex-mari comme prévu et à être soutenue par ses enfants. Si elle avait des enfants d’un mariage antérieur vivant seule, ceux du second mariage pourraient la renvoyer à leur charge.

Comme nous l’avons déjà dit, les composantes d’une famille moderne, y compris le mariage, le mariage et les relations qui découlent de la naissance des enfants, remontent à la Mésopotamie. Les Mésopotamiens ont codifié cet aspect de la vie humaine et ont établi pour presque toutes les possibilités une loi ou un code de conduite à l’origine d’une évolution encore en cours aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.