Langage et logique ou logique du langage

Les fonctions du langage

Les schémas formels du raisonnement correct peuvent tous être transmis par le langage ordinaire, mais beaucoup d’autres choses peuvent l’être aussi. En fait, nous utilisons le langage de nombreuses façons différentes, dont certaines ne sont pas pertinentes à toute tentative de fournir des raisons pour ce que nous croyons. Il est utile d’identifier au moins trois utilisations distinctes du langage:

  1. L’utilisation de la langue à des fins d’information implique un effort de communication d’un certain contenu. Quand je dis à un enfant, “Le 5 mai est un jour férié mexicain”, ou que je vous écris que “la logique est l’étude du raisonnement correct”, ou que je prends une note pour moi-même, j’utilise le langage à titre informatif. Ce type d’utilisation suppose que le contenu de ce qui est communiqué est réellement vrai, c’est pourquoi il sera au centre de nos préoccupations dans l’étude de la logique.
  2. Une utilisation expressive du langage, par contre, ne vise qu’à évacuer un sentiment, ou peut-être à évoquer un sentiment chez d’autres personnes. Quand je dis : “Les vendredis après-midi sont mornes”, ou que je crie : “Aïe !” J’utilise le langage de façon expressive. Bien que ces utilisations ne transmettent aucune information, elles remplissent une fonction importante dans la vie de tous les jours, car ce que nous ressentons est parfois aussi important que – ou plus important que – ce que nous tenons pour vrai.
  3. Enfin, l’utilisation directive du langage vise à provoquer ou à empêcher une action manifeste d’un agent humain. Quand je dis “Fermez la porte”, ou que j’écris “Lisez le manuel”, ou que je fais moi-même un mémo, “Ne comptez pas trop sur la voix passive”, j’utilise le langage de façon directive. Dans chacun de ces cas, il s’agit d’obliger quelqu’un à accomplir (ou à abandonner) une action particulière. C’est aussi une fonction linguistique importante, mais comme l’usage expressif, elle n’est pas toujours liée logiquement à la vérité de nos croyances.

Notez que l’utilisation prévue dans un cas particulier dépend souvent plus du contexte et du ton de la voix que de la forme grammaticale ou du vocabulaire de ce qui est dit. La simple phrase déclarative ” J’ai faim “, par exemple, pourrait être utilisée pour rendre compte d’un état physiologique, ou pour exprimer un sentiment, ou implicitement pour demander que quelqu’un me nourrisse. En fait, les utilisations de deux ou plusieurs variétés peuvent être mélangées en un seul énoncé ; “Arrêtez cela”, par exemple, implique généralement des fonctions expressives et directives conjointement. Dans de nombreux cas, cependant, il est possible d’identifier une seule utilisation de la langue qui est probablement destinée à être la fonction principale d’une unité linguistique particulière.

Le philosophe britannique J. L. Austin a développé une nomenclature similaire, bien que beaucoup plus détaillée et sophistiquée, pour la variété d’actions que nous accomplissons couramment en utilisant un langage ordinaire. Vous êtes invités à examiner sa théorie des actes de parole en association avec la discussion dans votre manuel. Bien que les détails puissent varier, une partie du point demeure la même : puisque nous employons en fait un langage pour de nombreuses fins distinctes, nous pouvons minimiser la confusion en gardant à l’esprit ce que nous faisons à une occasion particulière.

Le langage
Crédit image RTS.ch

Le sens littéral et le sens émotionnel

Même des mots simples ou des phrases courtes peuvent faire la distinction entre l’usage purement informatif et l’usage partiellement expressif du langage. Bon nombre des mots et expressions les plus courants d’une langue ont un sens littéral ou descriptif qui fait référence à la façon dont les choses sont et un sens émotif qui exprime un sentiment (positif ou négatif) à leur sujet. Ainsi, le choix du mot à utiliser pour faire une déclaration peut être utilisé dans l’espoir d’évoquer une réponse émotionnelle particulière.

C’est une fonction naturelle du langage ordinaire, bien sûr. Nous souhaitons souvent transmettre une partie de nos sentiments avec de l’information. Il y a beaucoup de poésie dans la communication quotidienne, et la poésie sans signification émotive est assez ennuyeuse. Mais lorsque nous cherchons avant tout à établir la vérité – comme nous le faisons lorsque nous évaluons les mérites logiques d’un argument – l’utilisation de mots chargés de sens émotif peut facilement nous détourner de notre but.

Les types d’accord et de désaccord

En fait, un recours excessif à un langage chargé d’émotivité peut créer l’apparence d’un désaccord entre des parties qui ne diffèrent pas du tout sur les faits, et il peut tout aussi facilement dissimuler des différends de fond sous le couvert d’un accord émotif. Puisque les degrés d’accord dans la croyance et l’attitude sont indépendants l’un de l’autre, il y a quatre combinaisons possibles à l’œuvre ici:

  1. Accord dans la croyance et accord dans l’attitude : Il n’y a pas de problème dans ce cas-ci, puisque les deux parties ont les mêmes positions et les mêmes sentiments à leur égard.
  2. Accord dans la croyance mais désaccord dans l’attitude : Cette affaire, si elle passe inaperçue, peut devenir la cause de cris interminables (mais inutiles) entre des personnes dont les sentiments divergent fortement sur un fait sur lequel elles sont totalement d’accord.
  3. Désaccord dans la croyance mais accord dans l’attitude : Dans cette situation, les parties peuvent ne jamais reconnaître, et encore moins résoudre, leur divergence d’opinion fondamentale, puisqu’elles sont bercées par leurs sentiments communs qui les amènent à se supposer alliées.
  4. Désaccord dans la croyance et désaccord dans l’attitude : Ici, les parties ont si peu de choses en commun que la communication entre elles s’effondre souvent complètement.

Il est donc souvent utile de reconnaître les niveaux d’accord ou de désaccord au travail dans tout échange de vues. Cela ne résoudra pas toujours le différend entre deux parties, bien sûr, mais cela leur évitera de perdre leur temps avec une méthode inappropriée d’argumentation ou de persuasion.

Le langage neutre sur le plan émotionnel

Aux fins de l’évaluation de la validité des arguments déductifs et de la fiabilité du raisonnement inductif, il sera plus directement utile d’éliminer complètement la signification émotive chaque fois que nous le pourrons. Bien qu’il ne soit pas toujours facile d’obtenir un langage neutre sur le plan émotif dans tous les cas, et que le résultat manque souvent du caractère coloré de notre discours public habituel, il vaut la peine d’en prendre la peine et d’être insipide car il facilite grandement la compréhension de ce qui est vrai.

Dans bien des cas, les erreurs informelles que nous examinerons plus loin résultent d’une utilisation inappropriée d’un langage chargé d’émotions dans le but de persuader quelqu’un d’accepter une proposition à un niveau émotionnel, sans être convaincu qu’il existe des motifs légitimes de croire qu’elle est vraie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.