La Chine de 1976 à nos jours (2/2)

0

Après avoir vu la Chine sous Mao Zedong durant la période (1949-1976), il est désormais question de s’intéresser à la Chine de 1976 à nos jours, c’est-à-dire sous Deng Xiaoping (de 1978 à 1992), et de comprendre comment la Chine est devenue aujourd’hui une grande puissance à l’échelle internationale.

I) Priorité à l’essor économique

À la mort du Grand Timonier, Mao Zedong, en 1976, jusqu’en 1978, le pouvoir reste incertain. Une lutte pour la succession de Mao s’engage et oppose alors Hua Guofeng, successeur désigné par Mao lui-même, et la Bande des Quatre (le groupe des quatre chefs du parti communiste, dont fait partie l’épouse de Mao, Jiang Qing, qui a entrepris l’organisation de la Révolution Culturelle). Hua Guofeng, dans l’optique de consolider son pouvoir, arrête alors la Bande des Quatre, dont les membres sont accusés des pires excès de la Révolution Culturelle ; démis de leur fonction, ils deviennent les boucs émissaires des mesures les plus radicales des dernières années du maoïsme. Cette arrestation permet ainsi à Hua Guofeng de se présenter comme un véritable héritier et successeur de l’héritage du Président Mao.

Toutefois, Hua Guofeng ne dispose que d’assez peu de partisans au sein du parti (PCC), contrairement à Deng Xiaoping, exilé volontairement à Canton, mais soutenu par de nombreux dirigeants qui ont souffert de la Révolution Culturelle (qui débute à partir de 1966). En 1978, la politique de Hua Guofeng, la même que celle de Mao, est critiquée puis refusée par les réformateurs voulant prendre des distances avec les politiques maoïstes, et dénonçant un retard économique de la Chine dû au maoïsme.

C’est alors qu’en 1978, le réformateur, Deng Xiaoping, arrive au pouvoir et devient le chef suprême de la Chine ; de nombreux opposants politiques ayant été condamnés sous Mao sont réhabilités, mais toute démocratisation est écartée, en effet, le procès de la Bande des Quatre lancé par Hua Guofeng est maintenu par Deng Xiaoping.

Deng Xiaoping

A son arrivée, la Chine est encore majoritairement rurale et sous industrialisée, et 1/3 de la habitants souffrent de la pauvreté ; Deng Xiaoping doit alors prendre des mesures radicales.

Les industries légères et agricoles deviennent des priorités pour relancer l’économie, et les entreprises privées sont autorisées. Les paysans reçoivent le libre usage des terres, mais ne peuvent toujours pas en être les propriétaires. Pour développer l’industrie d’exportation, Deng Xiaoping ouvre le littoral aux capitaux étrangers, et des ZES (Zones Économiques Spécialisées, bénéficiant d’avantages fiscaux) sont créées, comme c’est le cas avec l’agglomération de Shenzhen (proche de Hong Kong), qui des années 1970 à aujourd’hui est passée de 30 000 à près de 10 millions d’habitants.

Ainsi la Chine, sous Deng Xiaoping, privilégie l’économie à l’idéologie, et n’aide plus les quelques révoltes à l’étranger comme l’avait fait Mao.

Dans les années de 1980, la Chine multiplie les accords commerciaux avec l’occident. En 1978, le premier accord entre la CEE (Communauté économique européenne) et la Chine à lieu ; en 1979 Deng Xiaoping visite officiellement les États-Unis. La Chine intègre ensuite la Banque Mondiale et le FMI (Front Monétaire International) en 1980.

Deng Xiaoping avec Jimmy Carter en 1979
Deng Xiaoping avec Jimmy Carter (39e président des États-Unis) en 1979

La coopération scientifique et culturelle se développe grâce aux diasporas chinoises et aux instituts Confucius, ce qui permet aux jeunes chinois d’étudier à l’étranger. Cependant, le non respect des droits de l’homme, et les répressions au Tibet conduisent à des tensions, sans pour autant remettre en cause les relations avec l’occident.

II) La crise de 1989 à 1992

Grâce aux réformes de Deng Xiaoping le niveau de vie s’élève, mais les inégalités se creusent. La Chine devient urbaine, le littoral s’enrichit, mais la grande pauvreté dans les campagnes intérieures persiste, des millions de paysans migrent alors vers les côtes pour trouver un emploi dans l’industrie ou les services, c’est l’exode rural des « mingong » (民工), c’est-à-dire des « paysans- ouvriers ».

De nombreux chinois sont aussi mécontents de l’inflation (hausse généralisée du niveau des prix), de la corruption qui s’aggrave (certains critiquent le parti communiste chinois, PCC, comme étant le parti des petits princes), et du manque de liberté. Les étudiants chinois, encouragés par le glasnost (politique de l’URSS visant à rétablir la liberté d’expression, sous la présidence de Gorbatchev (1988/1991)), réclament la libéralisation du régime.

Les agitations s’intensifient alors en Chine, marquant le bicentenaire de la révolution française, et 70 ans après le mouvement nationaliste du 4 mai 1919. À Pékin, sur la place Tian’anmen en 1989, l’armée disperse les manifestants, tuant 2000 personnes, malgré des appels à la modération de l’occident, ce qui gèle alors les contacts. Après que l’ONU ait condamné la Chine pour les événements atroces qui s’y sont déroulés, Pékin renforce ses liens avec Moscou (en 1989, visite officielle de Gorbatchev à Pékin, et accords frontaliers).

Deng Xiaoping et Gorbachev en 1989

Malgré cette crise diplomatique, les multinationales étrangères restent attirées par les faibles coûts salariaux chinois, par son vaste marché (pays très peuplé), et par son essor économique rapide, ce qui pousse d’ailleurs l’occident à renouer avec Pékin en 1992.

III) L’émergence d’une grande puissance

En 2010, la Chine devient la 2ème puissance économique mondiale, en obtenant par ailleurs le statut d’atelier du monde ; mais aujourd’hui la Chine ne se contente plus de produire des objets bas de gamme, ni d’accueillir des multinationales étrangères ; elle envisage plutôt de devenir le laboratoire du monde, en augmentant son budget pour les nouvelles technologies. La Chine mise donc sur l’innovation, et l’implantation et la délocalisation de ses entreprises à l’étranger.

Essor économique de la Chine

Progressivement, la Chine remplace le Japon en crise, en devenant moteur de la croissance en Asie. La Chine affirme son influence économique en intégrant l’OMC (organisation mondial du commerce) en 2001, puis le G20 en 2008, et son influence culturelle en accueillant les Jeux olympiques de 2008 à Pékin, ainsi que l’exposition universelle en 2010.

La Chine renforce aussi ses liens dans un monde devenu multipolaire, notamment en créant l’OCS (organisation de coopération Shanghai) avec la Russie en 2001, et le BRIC en 2009 regroupant les pays émergents les plus puissants (Brésil, Russie, Inde, Chine) (qui devient par ailleurs BRICS en 2011 avec l’arrivée de l’Afrique du Sud). Mais malgré cette expansion diplomatique, la Chine n’accepte toujours pas les ingérences démocratiques en faveur du Tibet, de Taïwan, et des Droits de l’Homme.

Elle élimine aussi les vestiges de la domination Européenne en récupérant les deux ports du Sud (rétrocession), Hong Kong aux britanniques en 1997, et Macao aux portugais en 1999.

Les deux ports du Sud : Hong Kong et Macao

En Asie, la Chine s’impose une nouvelle fois, grâce à son « hard power » (puissance militaire, s’opposant au « soft power », puissance économique et culturelle), notamment par rapport au Japon qui, comme l’Allemagne, a été démilitarisé après l’armistice de la Seconde Guerre Mondiale (1939-45). Ainsi, les soldats chinois (2,3 millions contre 1,1 millions de soldats américains, et 250 000 soldats japonais) rejoignent les casques bleus pour participer aux missions de paix de l’ONU (organisation des nations unies).

Malgré des efforts pour moderniser l’armée chinoise, la Chine ne peut toujours pas rivaliser avec les États-Unis ; toutefois, la stratégie chinoise du collier de perles consistant à développer flottes tout aux longs des côtes asiatiques lui permet de prendre de l’importance dans le domaine militaire, de peser contre les 7 flottes américaines, mais aussi de garantir la sécurité de ses voies d’approvisionnement maritimes jusqu’au Moyen-Orient, où l’on trouve des détroits stratégiques comme le détroit de Bad-el-Mandeb (non représenté sur la carte ci-dessous, mais se situant entre l’Éthiopie et le Yémen, dans le golfe d’Aden), le détroit d’Ormuz (entre la péninsule arabique et l’Iran), et le détroit de Malacca (entre la Malaisie et l’île indonésienne de Sumatra).

Stratégie du collier de perles en chine

Le Chine possède aussi une réserve de change de 300 milliards de dollars, lui permettant d’investir à l’étranger, et elle est par ailleurs le premier partenaire commercial du Brésil, en y investissant près de 30 milliards de dollars.

Les ports chinois sont parmi les premiers au monde, Shanghai (2ème avec près de 32 millions de portes conteneurs par ans), Tianjin (3ème), Guangzhou (aussi appelé Canton) (5ème), ou encore Ningbo (7ème).

Enfin, la Chine devient la 3ème puissance spatiale en 2011, avec ses fameux astronautes appelés les Taïkonautes.

Taïkonaute

Cependant, malgré un essor économique, la Chine doit encore faire face à différents problèmes démographiques (surpopulation et vieillissement) et environnementaux (pollution et chute des ressources hydriques), qui constitueront deux des grands défis pour la Chine moderne.

Enregistrer

Partage
Article précédentLe nom des 3 singes de la sagesse
Article suivantLes 8 régions du Japon
Adrien Verschaere
Étudiant passionné par tout ce qui est relatif à la culture générale, à la philosophie, ainsi qu'aux sciences physiques !

Commenter