Bouturage ou Marcottage ?

0

Il existe deux techniques de reproduction asexuée chez les végétaux (aussi appelé multiplication asexuée ou végétative), mais les connaissez-vous ?

Tout d’abord la multiplication asexuée correspond à la capacité des organismes vivants de se multiplier seuls (sans partenaire), c’est-à-dire sans faire intervenir la fusion de deux gamètes de sexe différent.

Il existe deux techniques de reproduction asexuée chez les végétaux :

Le bouturage est un mode de multiplication végétative de certaines plantes (saule, menthe..) permettant de multiplier des plantes sans passer par la reproduction par des gamètes. Le bouturage consiste à cloner une plante (fille) à partir d’un fragment d’organe isolé de la plante mère (morceau de feuille, tige, racine, rameau, écaille de bulbe), pour ainsi obtenir un nouvel individu, génétiquement identique à la plante d’origine.

Il faut ensuite déposer l’organe précédemment prélevé dans le sol, puis l’arroser pour que des racines se développent, le processus qui va alors se dérouler est semblable à une ‘cicatrisation’, une dédifférenciation (division) cellulaire se produit au niveau du méristème (qui est un amas de cellules indifférenciées capables de se diviser (mitoses), puis de se différencier en acquérant une structure et une fonction), en l’occurrence, ici l’organe prélevé se transforme en racines qui permettront de donner naissance à la nouvelle plante.

bouturage

Le marcottage est une méthode de multiplication des végétaux par la rhizogenèse (développement de racines) sur une partie aérienne d’une plante mère, c’est à dire hors du sol. On utilise le marcottage artificiel pour cloner les plantes ligneuses (plants de fraisier, groseillier à fleurs, framboisier noir et pourpre, mûrier des haies (ronce)) ou d’autres plantes possédant des tiges souples et assez longues qu’il est facile de ployer (courber) au sol (hortensia (hydrangea), jasmin ou kiwi), en effet pour ces types de plantes, le bouturage est difficile.

Le marcottage pour les plantes ligneuses (fraisier par exemple) consiste à utiliser les tiges qui s’étendent au-dessus du sol, et qu’on appelle stolons. Lorsqu’un stolon entre en contact prolongé avec un sol humide, des racines se développent au niveau du sol, et forment alors un nouveau plant. Une fois ce plant bien enraciné, le stolon pourrit et la nouvelle plante (fille) devient indépendante de la plante stolonifère (mère), puis se développe.

marcottage

Commenter