Les attitudes à rejeter

Il y a encore bien des défauts contre lesquels il faut lutter pour acquérir la maîtrise de soi. Nous allons voir aujourd’hui quelques attitudes qu’il faut rejeter pour être indépendant et maître de soi.

1. la vanité, la présomption, la fatuité, l’orgueil

Voilà des défauts contre lesquels il faut lutter, car ce sont des défauts qui sont liés à nos relations avec autrui et qui marquent une réelle dépendance de l’opinion des autres, dépendance que l’on s’efforce de compenser en essayant de paraître supérieur (ce qui ne trompe pas longtemps). Si vous êtes orgueilleux ou prétentieux, c’est que vous êtes soucieux de l’effet que vous produisez. Or, être maître de soi, c’est être indépendant des autres, dirait Monsieur de La Palice. Ce sont donc des défauts à éliminer, si vous en êtes atteint. Attention ! l’orgueil et la fatuité sont à distinguer de la fierté. Vous pouvez avoir de la fierté, surtout envers vous-même, vous pouvez éprouver une satisfaction à avoir bien accompli une tâche, à avoir réussi un examen pour lequel vous avez fourni un effort, à avoir acquis une plus grande maîtrise de vous-même. Cela n’est pas négatif et n’est pas interdit. Ce qui l’est, en revanche, c’est d’étaler ses propres mérites pour essayer d’éblouir autrui.

2. l’envie, la jalousie

Là encore, il s’agit d’un sentiment de dépendance envers les autres. Luttez contre les sentiments d’envie. Si telle personne se trouve dans une situation enviable, faites ce qu’il faut pour y parvenir. Au lieu d’envier négativement quelqu’un, cherchez à voir quelles qualités lui ont valu ces succès. Et si vous venez, vous, d’essuyer des.échecs, analysez-en courageusement les causes. Soyez indépendant, refusez les sentiments d’envie.

3. la haine, le ressentiment

Voilà encore des attitudes négatives qui vous mettent dans des relations de dépendance envers autrui. Vous n’avez rien à gagner en entretenant en vous de tels sentiments. Efforcez-vous de les éliminer. Ils vous feront plus de mal à vous que vous n’en ferez à l’autre par votre vengeance !

4. la curiosité envers les autres

La curiosité envers les choses est excellente. Vouloir en savoir plus, cherchez à comprendre le monde qui nous entoure est parfait. Ce que nous rejetons dans notre recherche de la maîtrise de soi, c’est la curiosité pusillanime à propos des affaires des autres. Vous avez des gens qui ne cessent de vous poser les questions les plus indiscrètes. Ne soyez pas de ceux-là ! Ne posez à quelqu’un une question le concernant que dans un but bien précis, et non pour satisfaire uniquement votre curiosité. Celui qui est maître de lui reste secret, ne se livre pas volontiers, et inversement reste discret et ne fait pas des autres la cible de sa curiosité.

5. la manie de la justification

Si vous êtes indépendant des autres, vous ne chercherez pas non plus, à l’inverse de la curiosité, à livrer tous vos secrets, à justifier toutes vos actions. Agissez avec indépendance et n’éprouvez pas le besoin d’expliquer à tout propos ce que vous faites, comment vous le faites et pourquoi vous le faites. Avoir le besoin de se justifier montre qu’on se place dans une position de dépendance envers celui à qui l’on s’adresse. Être maître de soi, c’est refuser cette dépendance.

Exercice :

voyez parmi les cinq attitudes de dépendance que nous venons d’évoquer, celles qu’il vous arrive trop souvent d’avoir. Classez-les par ordre décroissant et notez sur une fiche que vous devrez lutter contre ces tendances.

Prenez cette fiche avec vous. Chaque jour, faites le point,
en fin de journée, pour voir si vous avez cédé à
ces tendances ou si vous avez résisté.

1 commentaire
  1. lee dit

    Quel travail ! Merci beaucoup !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

elit. nec ut risus. elit. quis commodo tristique id vulputate, Aliquam