La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre

La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre : frères et sœurs et transmission intergénérationnelle entre agriculteurs et artisans de la région de Barcelone aux XVIème et XVIIème siècles

Les enfants d’agriculteurs et d’artisans ont-ils hérité l’occupation ou le statut social de leurs parents dans la région de Barcelone au début de la période moderne ? Quelle était leur mobilité sociale ? Où les sociétés préindustrielles sont-elles complètement immobiles ? Cet article analyse la transmission intergénérationnelle et met en lumière les stratégies de coopération et/ou de concurrence adoptées par ces familles d’agriculteurs et d’artisans à l’époque préindustrielle.

Historiquement, les familles avaient tendance à placer leurs membres dans des positions sociales et économiques plus aisées afin de perpétuer biologiquement leurs lignées au fil du temps en utilisant une gamme de stratégies de transmission intergénérationnelle dans les domaines démographique, juridique et économique comme le système successoral légal ou le nombre total d’enfants. Cet article visait à mettre en lumière les stratégies, compétitives ou coopératives, adoptées par les familles d’agriculteurs et d’artisans de la zone préindustrielle de Barcelone (XVIème – XVIIème siècles) afin de permettre à leurs descendants de les comparer aux stratégies suivies par le reste de la société.

D’une manière générale, nous avons constaté une forte transmission intergénérationnelle de l’occupation/statut dans la région de Barcelone au début de la période moderne, comme on pouvait s’y attendre dans une société préindustrielle. Ce comportement s’est principalement reproduit pour les agriculteurs, dont les enfants avaient tendance à être des agriculteurs (caractéristique également promue parmi l’élite). Inversement, parmi les artisans, leurs fils étaient aussi des artisans même s’ils n’héritaient pas de la même profession spécifique. Les enfants mariés en premier lieu étaient les principaux héritiers du statut parental dans tous les groupes sociaux, en particulier chez les agriculteurs. Cependant, certains enfants d’agriculteurs mariés pour la deuxième ou la troisième fois ont pu suivre une carrière artisanale. Le nombre d’enfants (taille des fratries) et le temps écoulé entre les mariages entre le père et les enfants et entre les mariages d’enfants ont eu des effets limités et non statistiquement significatifs sur l’obtention du statut pour les agriculteurs. Cependant, les enfants d’artisans ont montré des effets négatifs lorsqu’ils avaient beaucoup de frères et sœurs et des effets positifs pour les frères et sœurs plus jeunes qui se mariaient avec des intervalles plus longs entre les mariages. Cet effet pourrait s’expliquer par le temps d’attente plus long pour le mariage chez les artisans, dont les cycles d’apprentissage étaient plus longs. Les effets négatifs probables de l’augmentation de la taille des fratries chez les artisans pouvaient être supposés à tort prendre la forme d’une dilution précoce des ressources, qui était compensée par une importante mobilité dans différentes activités artisanales (tisserands – préparateurs de fibres ; tailleurs – cordonniers).

La transmission intergénérationnelle notable de l’occupation ou de la position sociale observée chez les agriculteurs et les artisans suggère certains des mécanismes utilisés au sein des familles pour assurer la reproduction sociale de leur progéniture. Par conséquent, l’adoption de stratégies a surtout atténué les effets probables sur les enfants non héritiers découlant d’un système d’héritage imparable. En fait, l’absence de travailleurs journaliers chez les fils ou les gendre dans les familles étudiées en est la preuve. Dans le cas des artisans, le risque de rivalité entre frères et sœurs parmi les enfants non héritiers a été évité en plaçant leurs enfants dans des branches artisanales différentes mais similaires, créant ainsi des réseaux économiques et familiaux. L’augmentation significative de l’artisanat au cours de cette période reflète une mobilité aisée vers d’autres groupes professionnels d’artisans, étant donné l’absence quasi totale d’enfants d’artisans dans d’autres groupes sociaux. De plus, les agriculteurs ont également placé certains de leurs enfants dans cette industrie manufacturière florissante à la campagne. Dans l’ensemble, cette étude contribue à montrer que les sociétés préindustrielles n’étaient pas immobile sans équivoque.

 

 

La source Pujadas-Mora, Joana-Maria & Brea-Martínez, Gabriel & Jordà Sánchez, Joan-Pau & Cabré, Anna. (2018). The apple never falls far from the tree: siblings and intergenerational transmission among farmers and artisans in the Barcelona area in the sixteenth and seventeenth centuries. The History of the Family. 1-35

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.