Idiot, imbécile, crétin, débile… d’où viennent ces qualificatifs et quelle en est la gradation ?

Aujourd’hui, les termes d’idiot, de crétin, d’abruti ou encore de débile ou de dégénéré sont utilisés comme synonymes d’insultes dans le langage commun. Il s’agit d’attaquer les capacités intellectuelles d’autrui mais dépassons la bassesse de l’insulte pour nous intéresser à l’origine de ces mots. Ces termes ont été forgés par la médecine au XIXème siècle pour désigner des anormalités dans les domaines du développement intellectuel et ont évolué en fonction des époques, au même titre que les outils d’évaluation, de diagnostique et de classification. En 200 ans, se sont donc succédé les étiquettes de demeuré, d’arriéré, d’idiot, ensuite de débile puis aujourd’hui déficient mental. Chaque notion étant nuancée: léger, moyen ou profond.

D’où vient le crétin ?

A l’origine, ce sont les médecins-pédagogues du XIXème qui s’intéressent au crétinisme des enfants, cherchant à distinguer les nuances entre les enfants demeurés et arriérés pour leur donner des cours adéquats (généralement, des formations pour être ouvriers agricoles à l’époque).

Qu'est-ce qu'un goitreux ?
Henry Koplik, 1910, représentation d’une goitreuse (étude sur les enfants).

Le goitreux du Valais et le crétin des Alpes sont des termes employés pour désigner les populations isolées qui vivaient dans les vallées dans les Alpes qui étaient, de par leur endémie, plus souvent atteintes de troubles mentaux et physiques que les populations soumises au brassage génétique. Goitreux fait référence aux carences en iode de certaines populations qui n’avaient pas accès au sel marin (et mangeaient le sel des mines de sel) et développaient des déformations de la gorge appelées le goitre.

En 1840, le crétin est identifié et médecins-pédagogues pensent qu’il peut être soigné et éduqué, de nombreuses études en Europe (France, Suisse notamment), dénombrent les crétins. On peut ainsi lire en 1854 que:

La France compte 370.000 goitreux dont 120.000 crétins.

Il convient dès lors de parvenir à définir médicalement le crétin, selon les standards de l’époque. Une distinction est établie entre crétin complet et crétin incomplet.

Le crétin complet désigne un être en dessous de la brute qui est stupide, ce qui signifie plongé dans un état de stupeur où toute activité humaine est arrêtée. Le crétin complet est aussi appelé l’idiot.
Le crétin incomplet désigne un individu qui est diminué de ses dispositions mais qui reste humain. Le crétin incomplet est aussi appelé l’imbécile.

Dans la première moitié du XIXème siècle, il n’existe pas d’échelle ou d’outil spécifique pour établir la distinction si ce n’est la capacité (ou l’incapacité) de l’individu à suivre une consigne ou à apprendre le catéchisme (l’enseignement de la religion chrétienne).

Si l’on résume, la distinction entre les types de crétins provient essentiellement des fonctions dites humaines qui se manifestent ou non chez les individus. Cette distinction, entre l’être stupide (coupé de toute humanité) et l’être diminué, clarifie les termes d’idiot et d’imbécile.

Appellation Critères
Crétin complet ou idiot Stupide (toute activité humaine arrêtée)
Crétin incomplet ou imbécile Diminué mais humain

Comment mesurer l’intelligence ?

En 1905, Alfred Binet et Théodore Simon mettent au point la première échelle métrique permettant de mesurer l’intelligence. Le test de Binet-Simon détermine l’âge mental de l’enfant, soit le groupe d’âge qui a réussi les mêmes tests que le participant. Par exemple, un enfant de 5 ans qui réussit les mêmes épreuves que la moyenne des enfants de 8 ans a 8 ans d’âge mental. L’objectif du test de Binet-Simon est de détecter en avance les enfants qui sont / seront faibles à l’école.

Test du carré pour un enfant de 5 ans Binet et Simon
Le test du carré de Binet et Simon, ils écrivent : « C’est la première fois que nous mettons un porte-plume dans la main de l’enfant. On dessine à l’encre un carré, avec, pour chaque côté, une longueur de 3 à 4 centimètres ; et on invite le sujet à le reproduire, en se servant d’un porte-plume. L’emploi du porte-plume augmente la difficulté de la copie; et on n’a pas le droit de le remplacer par un crayon. Les sujets jeunes rapetissent les figures : peu importe, si on peut les reconnaître. Nous donnons quelques spécimens de reproduction que nous considérons comme tolérables (1, 2, 3) et d’autres reproductions qui nous paraissent si défectueuses qu’elles constituent un insuccès (4, 5, 6). »
Alfred Binet et Théodore Simon, « Le développement de l’intelligence chez les enfants », L’Année psychologique, vol. 14,‎ 1908.

La notion de quotient intellectuel est développée par le psychologue allemand William Stern en 1912, qui compare l’âge réel de l’enfant à son âge mental. La formule est la suivante : QI = (âge mental / âge chronologique) x 100. En reprenant notre exemple, un enfant de 5 ans qui obtient un âge mental de 8 ans a le QI suivant : (8/5) x100 donc un QI de 160.

Les déficiences intellectuelles sont ensuite mesurées au cours du XXème siècle suite à l’examen du quotient intellectuel. Dans le registre des déficiences de l’intelligence, soit les perturbations ou détériorations des fonctions cognitives associées à des troubles de la mémoire, de la pensée ou de l’attention, il existe quatre niveaux:

  • QI inférieur à 20 : retard mental profond (ou débilité profonde). Apprentissage possible de la mastication et de l’usage des membres supérieurs et inférieurs.
  • QI entre 20 et 34 : retard mental sévère. Apprentissage possible et systématique des gestes simples.
  • QI entre 35 et 49 : retard mental moyen (ou débilité moyenne). Apprentissage des notions simples de communication, de la sécurité et de l’hygiène élémentaire. N’est pas capable d’accéder à la lecture ou à l’arithmétique.
  • QI entre 50 et 70 : retard mental léger (ou débilité légère). Apprentissage de la lecture et de notions d’arithmétique. Insertion sociale possible.

Les tests et les classifications en fonction du QI évoluent fortement au cours du XXème siècle, il y en a eu plus de 20.

C’est en 1928 que sur base du QI une distinction est opérée entre idiot, imbécile et crétin, ce dernier devenant un qualificatif à part entière, d’intelligence supérieure à l’idiot et à l’imbécile qui, rappelons-le, étaient respectivement synonymes de crétin complet et de crétin incomplet au XIXème siècle.

QI Appellation
Entre 0 et 24 Idiot
Entre 25 et 49 Imbécile
Entre 50 et 74 Crétin

Conclusion

Il existe une gradation en fonction des capacités intellectuelles (ou de leur absence) entre les termes idiot, imbécile, et crétin. Ces termes font indistinctement partie du langage familier ou populaire.
La psychologie et la manière de penser et d’utiliser la langue ont évolué, et à ces termes ont été préférés celui de débile, avec respectivement débile léger (crétin), débile moyen (imbécile), et débile profond (idiot) pour aujourd’hui utiliser le plus consensuel terme de déficient mental. Respectivement déficient mental léger (idiot), déficient mental moyen (imbécile), déficient mental lourd (crétin).

Sam Zylberberg
Les derniers articles par Sam Zylberberg (tout voir)

Laisser un commentaire

Offre amazon prime pour les étudiants à -51%