Différence entre Sunnites, Chiites, Salafistes, Wahhabites, Takfiri ?

Quelles sont les différences et les points communs entre les Sunnites et les Chiites ? Wahhabisme, Salafisme, Takfirisme ?

A travers cet article, comprenez les nuances entre les différentes branches de l’Islam.
Dans un premier temps seront exposés les deux courants sunnite et chiite ainsi que leurs différences et les raisons de leur opposition.
Dans un second temps, seront décryptées les différentes mouvances inhérentes aux branches de l’Islam: le wahhabisme, le salafisme et le takfirisme.

Qu’est-ce que le Sunnisme, le Chiisme, le Wahhabisme, le Salafisme, le Takfirisme ?

L’Islam Sunnite et l’Islam Chiite

Les musulmans sunnites et chiites partagent les croyances islamiques et les articles de foi les plus fondamentaux et constituent les deux principaux sous-groupes de l’Islam. Ils diffèrent cependant.
Cette séparation ne découle pas de distinctions spirituelles mais bien de distinctions politiques. Au fil des siècles, ces différences politiques ont donné naissance à un certain nombre de pratiques et de positions diverses qui ont pris une signification spirituelle.

Une question d’autorité

Le schisme entre chiite et sunnite remonte à la mort du prophète Mahomet en 632. Cet événement a soulevé la question de savoir qui allait prendre la direction de la communauté musulmane.

Qu’est-ce qu’un sunnite ?

Le sunnisme est la branche la plus importante et la plus orthodoxe de l’Islam.
Étymologiquement, Le mot sunnite vient de سني  (sunnīy) en arabe qui signifie “voiecela se traduit dans le concept du sunnisme: “celui qui suit la tradition du Prophète”, un musulman orthodoxe, donc.

Les musulmans sunnites sont d’accord avec de nombreux compagnons du Prophète Mahomet au moment de sa mort : le nouveau chef doit être élu parmi ceux qui sont capables de le faire. Par exemple, après la mort du prophète Muhammad, son ami proche et conseiller, Abu Bakr, est devenu le premier calife (successeur ou député du prophète) de la nation islamique.

C’est à ce niveau que le différend apparaît: certains musulmans pensent que l’autorité aurait dû rester au sein de la famille du Prophète, parmi ceux qu’il a nommés spécifiquement, ou parmi les imams nommés par Dieu lui-même.

Les musulmans chiites croient qu’après la mort du prophète Mahomet, la direction aurait dû passer directement à son cousin et gendre, Ali bin Abu Talib.
Tout au long de l’Histoire, les musulmans chiites n’ont pas reconnu l’autorité des dirigeants musulmans élus, choisissant plutôt de suivre une lignée d’imams qu’ils croient avoir été nommés par le prophète Mahomet ou par Dieu lui-même.

Qu’est-ce qu’un chiite ?

Étymologiquement, le mot chiite vient de l’arabe شيعة (šīʻa) qui signifie “groupe de partisans”. Le terme communément connu est raccourci du Shia’t-Ali historique, ou “le Parti d’Ali“. Ce groupe est également connu sous le nom de chiites ou de disciples d’Ahl al-Bayt ou “peuple de la maison” (du Prophète).

Dans les branches sunnite et chiite, se trouvent un certain nombre de ramifications, voire de sectes religieuses.
Par exemple, en Arabie saoudite, le wahhabisme sunnite est une faction répandue et puritaine.
De même, dans le chiisme, les Druzes sont une secte éclectique résidant au Liban, en Syrie et en Israël.
Nous reviendrons sur les ramifications de l’Islam en fin d’article.

Où vivent les musulmans sunnites et chiites ?

Les musulmans sunnites constituent la majorité des islamiques, soit de 85% des musulmans du monde entier. Des pays comme l’Arabie Saoudite, l’Égypte, le Yémen, le Pakistan, l’Indonésie, la Turquie, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie sont majoritairement sunnites.

D’importantes populations de musulmans chiites se trouvent en Iran et en Irak. De grandes communautés minoritaires chiites sont également présentes au Yémen, au Bahreïn, en Syrie et au Liban.

Répartition des musulmans dans le monde
Carte du monde musulman. Répartition des Sunnites et des Chiites. Source: Le Monde

C’est dans les régions du monde, notamment au Moyen-Orient, où les populations sunnites et chiites sont très proches, que des conflits peuvent survenir. La coexistence en Irak et au Liban, par exemple, est souvent difficile.

Différences dans la pratique religieuse

Certains aspects de la vie spirituelle diffèrent entre les deux groupes musulmans. Cela inclut les rituels de prière et de mariage.

En ce sens, il est parfois coutume de comparer ces deux groupes musulmans avec les catholiques et les protestants.
Fondamentalement, ils partagent certaines croyances communes, mais pratiquent de différentes manières.

Il est important de se rappeler qu’en dépit de ces différences d’opinion et de pratique, les musulmans chiites et sunnites partagent les principaux articles de la croyance islamique et sont considérés par la plupart d’entre eux comme des frères dans la foi. En fait, la plupart des musulmans ne se distinguent pas en revendiquant leur appartenance à un groupe particulier, mais préfèrent simplement s’appeler “musulmans”.

Différences entre les pratiques religieuses

Les musulmans chiites croient que l’Imam est sans péché par nature et que son autorité est infaillible parce qu’elle vient directement de Dieu. Par conséquent, les musulmans chiites vénèrent souvent les imams comme des saints. Ils effectuent des pèlerinages vers leurs tombes et leurs sanctuaires dans l’espoir d’une intercession divine.

Cette hiérarchie cléricale bien définie peut également jouer un rôle dans les affaires gouvernementales. L’Iran est un bon exemple où les ayatollahs sont indépendants du pouvoir exécutif.

Les musulmans sunnites rétorquent qu’il n’y a pas de fondement dans l’Islam pour une classe héréditaire privilégiée de chefs spirituels, et certainement pas de fondement pour la vénération ou l’intercession des saints. Ils soutiennent que l’autorité de la communauté n’est pas un droit de naissance, mais plutôt une confiance qui se mérite et qui peut être donnée ou retirée par le peuple.

Textes et pratiques religieuses

Les musulmans sunnites et chiites suivent le Coran ainsi que les hadiths (paroles recueillies du Prophète Mahomet et de ses compagnons) et les sunna (coutumes) du Prophète Mahomet. Ce sont des pratiques fondamentales de la foi islamique.
Ils adhèrent également aux cinq piliers de l’islam : shahada, salat, zakat, sawm et hajj.

Les musulmans chiites ont tendance à ressentir de l’animosité envers certains des compagnons du prophète Mahomet. Ceci est basé sur leurs positions et leurs actions pendant les premières années de discorde au sujet de l’autorité dans la communauté.

De nombreux compagnons (Abu Bakr, Umar ibn Al Khattab, Aisha, etc.) ont raconté des traditions sur la vie et la pratique spirituelle du Prophète. Les musulmans chiites rejettent ces traditions et ne fondent aucune de leurs pratiques religieuses sur le témoignage de ces personnes.

Cela donne naturellement lieu à des différences dans la pratique religieuse entre les deux groupes. Ces différences touchent tous les aspects détaillés de la vie religieuse : la prière, le jeûne, le pèlerinage, etc.
Par exemple, les musulmans chiites et sunnites s’accordent sur les cinq prières par jour. Cependant, les chiites ne sont autorisés à prier que trois fois par jour.

Ramifications et sectes islamiques

De nombreuses nuances et de nombreux termes sortent pêle-mêle dans les journaux et dans les actualités: wahhabite / wahhabisme, salafiste / salafisme,... et pour les plus informés takafiri / takfirisme.

Notons qu’il existe de nombreuses mouvances et sous-branches sunnites ou chiites, comme l’Ismaélisme, le Jafarisme, le Zaïdisme, l’Alévisme, le Soufisme, le Jadidisme, le Kharidjisme, etc., nous ne pouvons hélas pas tout décrire ici !

Le salafisme

Attention, le salafisme ne doit pas être confondu avec le wahhabisme !

Le mot salafisme vient de l’arabe سلفي (salaf) qui signifie “prédécesseur”. Le concept de prédécesseur se réfère aux compagnons de Mahomet et à un hadith qui relate que “le meilleur de ma communauté est dans ma génération, puis celle qui suit et celle qui suit après”.

Les salafistes constituent un mouvement religieux sunnite et prônent un retour à l’Islam de l’époque de Mahomet, une lecture littérale et rigoriste des textes et surtout une lecture non interprétée. Il s’agit de revenir aux origines.
Le Coran et la Sunna ne laissent aucun espace à l’interprétation selon la doctrine salafiste. Ils se suffisent à eux-mêmes.
Le salafisme réfute toute idée de raisonnement, de logique, ou de réflexion car ces actions sont perverties par le désir humain et induisent en erreur. En raisonnant, l’homme s’écarterait de la vérité divine.

La doctrine salafiste prône l’obéissance à la loi islamique (charia), le refus de la mixité homme-femme, le port du voile intégral (niqab).
Le salafisme nourrit une hostilité face aux innovations, qu’il considère comme blâmables car elles n’étaient pas utilisées par les ancêtres et compagnons de Mohamed. Elles doivent donc être rejetées. C’est pourquoi une qualité inhérente du salafisme est de considérer l’Occident comme un ennemi éternel déterminé à détruire l’Islam à cause de ses innovations et ses valeurs. Cette hostilité envers les innovations ou le progrès est très forte si tant est qu’elles sont considérées comme contraires à l’Islam.

Le salafisme se divise en trois branches:

  • Le salafisme quiétiste (la majorité des salafistes en font partie), qui promeut la purification de la communauté musulmane par l’éducation religieuse. Les quiétistes sont pacifistes et ne souhaitent pas changer la loi même si ils n’en reconnaissent pas la légitimité.
  • Le salafisme politique qui comme son nom l’indique se constitue en différentes ramifications et mouvements politiques.
  • Le salafisme djihadiste qui pour sa part prend les armes pour imposer l’Islam purifié des origines. C’est dans cette branche du salafisme que se trouvent les groupes terroristes Al-Quaïda ou Daesh.

Dans son application, le salafisme envisage une vie spirituelle mais pas une vie pratique. C’est la principale différence avec le wahhabisme, qui dans sa doctrine applique la charia tandis que le salafisme ne l’envisage que d’un point de vue théorique. Le salafisme est le pendant théorique du wahhabisme.

Le wahhabisme

Le mot wahhabisme vient de l’arabe وهابية, Wahhābiya (néologisme construit à partir du nom du fondateur Mohammed ben Abd al-Wahhab, au 18ème siècle), est un mouvement qui se revendique de l’Islam sunnite et prône un retour aux pratiques telles qu’existantes à l’époque de Mahomet et de ses premiers califes.
Les wahhabites se situent principalement dans le Golfe persique (Arabie Saoudite).

A l’origine, le fondateur du mouvement s’allie avec Mohammed Ibn Saoud afin de fonder le premier royaume saoudien. Cette alliance persiste jusqu’à la fin du 18ème siècle avant d’être balayée par les Ottomans. Il faut attendre les années 1932 pour qu’une alliance des descendants de ces deux fondateurs n’émerge et bâtisse L’État saoudien tel qu’il existe aujourd’hui.
Il s’agit donc d’un projet politico-religieux.

Les doctrines wahhabites sont particulièrement sévères, elles prônent un Islam pur et pratique avec une application stricte de la charia.
Un islam rigoriste appuyé par une interprétation littérale du Coran et de la tradition prophétique. Il s’agit d’une lecture traditionaliste, qui promeut le repli sur soi et sur la spiritualité.
Comme pour le salafisme, le wahhabisme ne laisse pas de place à l’interprétation et préconise à ses adeptes de se laisser guider par un imam plutôt que de chercher à comprendre par eux-mêmes.

Le wahhabisme constitue une secte dominante en Arabie Saoudite qui promeut sa doctrine en dehors de ses frontières comme au Qatar et possède des ramifications en Inde et en Afrique.

Le wahhabisme ne doit pas être confondu avec le salafisme, il peut en revanche être pensé comme son pendant pratique voire sa version d’application pratique.

Le takfirisme

Le takfirisme vient de l’arabe تكفير والهجرة, (Tafkir war Hijra) qui se réfère à un groupe fondé en 1971 nommé “Excommunication et Immigration“. Il s’agit d’une sous-branche extrémiste du salafisme, constituée suite à une scission au sein des Frères Musulmans.
Les adeptes du takfirisme sont appelés les takfiri, ce qui signifie littéralement “excommunication”.

La doctrine takfiri prône la pratique rigoriste de l’Islam, toujours dans cette idée de se rapprocher de l’Islam tel qu’il était vécu à l’époque de Mahomet. L’obéissance à la charia, le refus de la mixité homme-femme, le port du niqab constituent quelques points communs entre takfirisme et salafisme.
L’originalité du takfirisme par rapport au salafisme est son aspect armé (djihadisme) et son idéologie consistant à considérer les musulmans qui ne partagent pas leur point de vue comme des apostats.

Les takfiri refusent de prier avec les autres musulmans qu’ils considèrent comme déviants et se mettent en quête d’Immigration pour effectuer une rupture avec la communauté religieuse. Ils excommunient tous les autres groupes musulmans. Leur objectif est de faire la guerre pour créer un califat, quitte à prendre les armes contre leurs propres co-religionnaires.

L’appel aux armes perpétuel est une caractéristique importante du takfirisme qui prône une doctrine ultra-violente.
Les takfiri idéalisent la mort, et particulièrement la mort survenue suite à un sacrifice. C’est le culte du martyr. Le suicide est interdit par l’Islam, c’est pourquoi le terme de martyr est utilisé: s’infiltrer chez l’ennemi et mourir pour la cause est glorifié.

2 commentaires
  1. Jimmy dit

    Merci beaucoup pour cet excellent article, très bien expliqué !
    En le lisant, une astuce est venue en tête : Pour se souvenir que les chiites se situent principalement en Irak et Iran, on peut penser aux deux ii de chiites.

    1. Sam Zylberberg dit

      Oui tout à fait Jimmy :)

      Pour la distinction dans la région:
      ChIIte Irak et Iran
      Sunnites arabie Saoudite

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

ipsum Lorem lectus ultricies tempus Phasellus Aenean risus vulputate, Donec sem,