Définition et signification en linguistique et en logique

Nous avons vu que l’utilisation négligente ou trompeuse d’un langage ordinaire peut sérieusement limiter notre capacité de créer et de communiquer un raisonnement correct. Comme l’a souligné le philosophe John Locke il y a trois siècles, l’acquisition du savoir humain est souvent entravée par l’utilisation de mots sans signification fixe. Des controverses inutiles sont parfois produites et perpétuées par une ambiguïté non reconnue dans l’application des termes clés.

Différends réels et verbaux

On peut distinguer trois types de litiges :

  1. Les véritables différends impliquent un désaccord sur la véracité ou non d’une proposition spécifique. Puisque les personnes engagées dans un véritable différend s’entendent sur le sens des mots par lesquels elles transmettent leurs positions respectives, chacune d’elles peut proposer et évaluer des arguments logiques qui pourraient éventuellement mener à une résolution de leurs différends.
  2. Par contre, les différends purement verbaux découlent entièrement d’ambiguïtés dans le langage utilisé pour exprimer les positions des parties au différend. Une dispute verbale disparaît complètement une fois que les personnes concernées parviennent à un accord sur le sens de leurs termes, puisque cela révèle leur accord de croyance sous-jacent.
  3. Bien sûr, il peut aussi y avoir des querelles apparemment verbales, mais vraiment authentiques. Dans ce genre de cas, la résolution de toute ambiguïté ne révèle qu’un véritable différend sous-jacent. Une fois que cela a été découvert, il peut être abordé avec succès par des méthodes de raisonnement appropriées.

Nous pouvons gagner beaucoup de temps, aiguiser nos capacités de raisonnement et communiquer plus efficacement les uns avec les autres si nous surveillons les désaccords sur le sens des mots et essayons de les résoudre quand nous le pouvons.

Types de définition

La façon la plus courante de prévenir ou d’éliminer les différences dans l’utilisation des langues est de s’entendre sur la définition de nos termes. Puisque ces récits explicites du sens d’un mot ou d’une expression peuvent être offerts dans des contextes distincts et utilisés au service d’objectifs différents, il est utile de distinguer plusieurs types de définitions :

Une définition lexicale indique simplement la façon dont un terme est déjà utilisé au sein d’une communauté linguistique. Le but ici est d’informer quelqu’un d’autre de la signification acceptée du terme, de sorte que la définition est plus ou moins correcte selon l’exactitude avec laquelle elle reflète cet usage. Dans ces pages, mes définitions des termes techniques de la logique sont lexicales parce qu’elles ont pour but de vous informer sur la façon dont ces termes sont réellement employés dans la discipline de la logique.

A l’autre extrême, une définition stipulative assigne librement un sens à un terme complètement nouveau, créant un usage qui n’avait jamais existé auparavant. Étant donné que l’objectif dans ce cas est de proposer l’adoption de l’utilisation partagée d’un terme nouveau, il n’existe pas de normes permettant de le comparer, et la définition est toujours correcte (bien qu’elle puisse ne pas être acceptée si elle se révèle inapte ou inutile). Si je décrète maintenant que nous appellerons désormais les discours présidentiels prononcés en français “sabirs”, j’en ai fait une définition stipulative (et probablement inutile).

La combinaison de ces deux techniques est souvent un moyen efficace de réduire l’imprécision d’un mot ou d’une phrase. Ces définitions précises commencent par la définition lexicale d’un terme mais proposent ensuite de l’affiner en stipulant des limites plus étroites à son utilisation. Ici, la partie lexicale doit être correcte et la partie stipulative doit réduire de façon appropriée le flou gênant. Si la poste annonce qu’une “notification en bonne et due forme d’un changement d’adresse” signifie qu’un formulaire officiel contenant les informations pertinentes doit parvenir au bureau de poste local au plus tard quatre jours avant la date d’effet du changement, elle a proposé une définition précise (éventuellement utile).

Les définitions théoriques sont des cas particuliers de définitions stipulatives ou précises, qui se distinguent par leur tentative d’établir l’utilisation de ce terme dans le contexte d’un cadre intellectuel plus large. Puisque l’adoption de toute définition théorique nous engage à accepter la théorie dont elle fait partie intégrante, nous sommes à juste titre prudents en l’acceptant. La définition par Newton des termes “masse” et “inertie” impliquait un engagement à ses théories (au moins en partie) sur les conditions dans lesquelles les objets physiques se déplacent.

Enfin, ce que certains logiciens appellent une définition persuasive est une tentative d’attacher un sens émotif à l’utilisation d’un terme. Étant donné que cela ne peut servir qu’à confondre le sens littéral du terme, les définitions persuasives n’ont aucune utilité légitime.

Prolongation et extension

Une partie assez importante et particulièrement utile de notre vocabulaire actif est occupée par des termes généraux, des mots ou des expressions qui représentent des groupes entiers de choses individuelles partageant un attribut commun. Mais il y a deux façons distinctes de penser le sens d’un tel terme.

L’extension d’un terme général n’est que l’ensemble des choses individuelles auxquelles il est correctement appliqué. Ainsi, l’extension du mot “chaise” inclut toutes les chaises qui sont (ou ont été ou seront jamais) dans le monde. L’intention d’un terme général, en revanche, est l’ensemble des caractéristiques qui sont partagées par tout ce à quoi il s’applique. Ainsi, l’intention du mot “chaise” est (quelque chose comme) “un meuble conçu pour être utilisé par une personne à la fois”.

Il est clair que ces deux types de signification sont étroitement liés. Nous supposons généralement que l’intention d’un concept ou d’un terme détermine son extension, que nous décidons si chaque meuble nouvellement installé appartient ou non à la catégorie des chaises en vérifiant s’il possède ou non les caractéristiques pertinentes. Ainsi, au fur et à mesure que l’intention d’un terme général augmente, en précisant avec plus de détails les caractéristiques qu’une chose doit posséder pour qu’elle s’applique, l’extension du terme tend à diminuer, puisque moins d’articles sont maintenant admissibles à son application.

Définitions dénotative et connotative

En gardant à l’esprit la distinction entre extension et intention, il est possible d’aborder la définition d’un terme général (sur l’un des cinq types de définition dont nous avons discuté la dernière fois) de deux façons :

Une définition dénotative tente d’identifier l’extension du terme en question. Ainsi, nous pourrions donner une définition dénotative de l’expression ” cette classe logique ” en énumérant simplement tous nos noms. Étant donné qu’une énumération complète des choses auxquelles s’applique un terme général serait encombrante ou peu pratique dans de nombreux cas, nous poursuivons généralement le même but en énumérant de plus petits groupes d’individus ou en donnant quelques exemples à la place. En fait, certains philosophes ont soutenu que les définitions dénotatives les plus primitives d’une langue n’impliquent pas plus que de montrer un seul exemple auquel le terme s’applique correctement.

Mais il semble y avoir des termes importants pour lesquels une définition dénotative est totalement impossible. L’expression “mes petits-enfants” est tout à fait logique, par exemple, mais puisqu’elle n’a actuellement aucune extension, il n’y a aucun moyen d’indiquer son appartenance par énumération, exemple ou ostension. Pour définir des termes de ce genre, et pour mieux définir les termes généraux de chaque variété, nous nous appuyons naturellement sur le second mode de définition.

Une définition connotative tente d’identifier l’intention d’un terme en fournissant une expression linguistique synonyme ou une procédure opérationnelle pour déterminer l’applicabilité du terme. Bien sûr, il n’est pas toujours facile de trouver un autre mot ou une autre expression qui a exactement le même sens ou de préciser un critère concret d’applicabilité. Mais lorsqu’elle fonctionne, la définition connotative fournit un moyen adéquat pour garantir le sens d’un terme.

Définition par genre et différenciation

Les logiciens classiques ont développé une méthode particulièrement efficace pour construire des définitions connotatives de termes généraux, en indiquant leur genre et leur différenciation. La notion de base est simple : nous commençons par identifier une catégorie ou un genre familier et large (le genre) auquel appartient tout ce que notre terme signifie (ainsi que les choses d’autres sortes) ; puis nous spécifions les traits distinctifs (les différentiels) qui les distinguent de toutes les autres choses de ce genre. Ma définition du mot “chaise” dans le deuxième paragraphe de cette leçon, par exemple, identifie le “meuble” comme le genre auquel appartiennent toutes les chaises et précise ensuite “conçu pour être assis par une personne à la fois” comme la différence qui les distingue des divans, bureaux, etc.

Copi et Cohen énumèrent cinq règles permettant d’évaluer le succès des définitions connotatives par genre et différenciation :

  1. Concentrez-vous sur les caractéristiques essentielles. Bien que les choses auxquelles un terme s’applique puissent partager de nombreuses propriétés distinctives, elles n’indiquent pas toutes également sa véritable nature. Ainsi, par exemple, une définition de “l’être humain” comme “bipèdes sans plumes” n’est pas très éclairante, même si elle permet de repérer les bons individus. Une bonne définition tente de mettre en évidence les caractéristiques essentielles à la désignation des choses en tant que membres du groupe concerné.
  2. Évitez la circularité. Puisqu’une définition circulaire utilise le terme défini comme faisant partie de sa propre définition, elle ne peut fournir aucune information utile ; soit le public comprend déjà la signification du terme, soit il ne comprend pas l’explication qui inclut ce terme. Ainsi, par exemple, il n’y a pas beaucoup d’intérêt à définir “téléphone sans fil” comme “un téléphone qui n’a pas de cordon”.
  3. Capturez l’extension correcte. Une bonne définition s’appliquera exactement aux mêmes choses que le terme défini, ni plus ni moins. Il y a plusieurs façons de se tromper. Envisager d’autres définitions du terme “oiseau” :
    – L’expression ” animal à sang chaud ” est trop large, car elle inclut les chevaux, les chiens et les oryctéropes ainsi que les oiseaux.
    – L’expression “animal à plumes qui pond des œufs” est trop étroite, car elle exclut les oiseaux qui se trouvent être des mâles.
    – Le terme ” petit animal volant ” est à la fois trop large et trop étroit, puisqu’il inclut les chauves-souris (qui ne sont pas des oiseaux) et exclut les autruches (qui le sont).
    Les définitions intentionnelles réussies doivent être satisfaites par tous et seulement par les choses qui sont incluses dans l’extension du terme qu’elles définissent.
  4. Évitez le langage figuratif ou obscur. Puisque le but d’une définition est d’expliquer le sens d’un terme à quelqu’un qui n’est pas familier avec son application correcte, l’utilisation d’un langage qui n’aide pas une telle personne à apprendre comment l’appliquer est inutile. Ainsi, “le bonheur est un chiot chaleureux” peut être une belle pensée, mais c’est une mauvaise définition.
  5. Soyez affirmatif plutôt que négatif. Il est toujours possible en principe d’expliquer l’application d’un terme en identifiant littéralement tout ce à quoi il ne s’applique pas. Dans certains cas, c’est peut-être la seule façon de procéder : une définition correcte du terme mathématique “infini” pourrait bien être négative, par exemple. Mais dans des circonstances ordinaires, une bonne définition utilise des désignations positives chaque fois qu’il est possible de le faire. Définir une “personne honnête” comme “quelqu’un qui ment rarement” est une mauvaise définition.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.