La méthode cumulative-répétitive

4 – LA MÉTHODE CUMULATIVE-RÉPÉTITIVE

Nous avons dit que la répétition était un phénomène essentiel dans le processus de mémorisation. A elle seule, la répétition est une méthode pouvant servir à retenir bien des choses ; seulement, il faut procéder méthodiquement et progressivement.

Par exemple, si vous voulez apprendre des poésies, des morceaux choisis, ou des extraits de pièces de théâtre, vous pouvez procéder de la façon suivante :

Chaque jour, vous apprenez 5 ou 10 vers (suivant votre capacité d’assimilation) et vous répétez ce qui a été appris précédemment ; au bout de 10 jours, vous aurez retenu 100 vers ; dès lors, vous réviserez un jour sur deux une tranche de 50 vers (des 100 premiers) ; puis lorsque vous serez à 150 vers, vous réviserez une tranche de 50, un jour sur trois, etc. Ainsi, en quelques mois, vous pouvez apprendre des centaines de vers somme toute avec peu d’effort, sauf celui d’être régulier.

Cette méthode basée sur la répétition est celle qu’emploient (malheureusement mal) les écoliers pour toutes leurs leçons ; seulement ils n’appliquent généralement que la partie “répétitive” de la méthode et négligent la partie “cumulative” ; ils apprennent (et oublient !) au jour le jour ; au moment des examens, ils doivent pratiquement tout réapprendre. Au contraire, en pratiquant la révision journalière que nous avons suggérée vous avez toujours tout parfaitement en tête.

Avec cette méthode vous pouvez retenir des tas de choses ; vous pouvez très bien apprendre de la sorte 3 ou 4 dates de l’Histoire chaque jour ; rapidement, vous en connaîtrez des centaines (nous verrons plus loin les méthodes mnémotechniques pour les dates de l’Histoire, mais la méthode cumulative-répétitive garde néanmoins son intérêt). Vous pouvez également apprendre grâce à la méthode cumulative-répétitive un grand nombre de formules mathématiques, physiques ou chimiques.

Cette méthode convient aussi pour apprendre du vocabulaire dans une langue étrangère (de préférence sous forme de courtes phrases), la liste de tous les exemples de votre grammaire allemande ou la liste des verbes irréguliers anglais, etc.

Elle s’applique aussi aux étudiants qui préparent un examen ; ils peuvent faire des tableaux synoptiques ou des résumés et les apprendre à raison de 2, 3 ou 5 résumés par jour, avec révision des précédents par tranche de 10 ou 15.

Le gros avantage de cette méthode est qu’elle maintient toutes les données enregistrées parfaitement en tête à tout moment, et toutes avec le même degré de précision.

Ces révisions peuvent paraître longues à faire. En fait, elles font gagner du temps, car si l’on n’a rien oublié, la révision est une simple lecture qui se fait rapidement. La méthode cumulative-répétitive prend moins de temps que la prétendue révision que l’on entreprend trois ou six mois après la première étude, a un moment où l’on a presque tout oublié. Le mieux, pour ne pas à avoir à réviser, c’est encore de ne rien oublier et de tout garder en mémoire.

L’exemple que nous venons de donner pour l’étude d’une pièce de théâtre en vers, n’est qu’une illustration de la méthode. Pour certains, une révision quotidienne pendant une semaine, c’est trop. Cela dépend aussi de ce que l’on étudie.

Beaucoup d’étudiants ont adopté le rythme suivant :

    • cours le matin ; révision aussitôt après le cours (cette révision a lieu après le contrôle que l’on fait soi-même pour vérifier que l’on “sait”).
    • 1ère révision, le soir
    • 2ème révision, 2 ou 3 jours après
    • 3ème révision, la semaine suivante
    • 4ème révision, de 3 semaines à 5 semaines plus tard
    • 5ème révision, de 4 à 6 mois plus tard.

Mais pour chacun le rythme optimum des révisions est différent. Il importe de déterminer le vôtre. Cela se fait par tâtonnements. La règle idéale est celle-ci :

Il faut entreprendre une révision suffisamment tôt pour que l’on n’ait pas oublié, mais pas trop tôt, sinon c’est de l’énergie inutilement dépensée. Le moment idéal est celui où l’on commence juste à oublier une partie de ce que l’on a étudié.

Nous trouverons tout au long de ce programme, de multiples occasions d’employer cette méthode cumulative-répétitive.

Exercice n°14

Choisissez deux textes de même nature : pièce de théâtre, poésie, texte de science ou de droit, histoire, littérature, bref quelque chose qui vous intéresse.

Ces deux textes doivent être de longueur et de difficulté identiques.

Apprenez-les et fixez-vous un rythme de révision différent pour chacun. Par exemple

pour le texte 1 : 

  • étude le matin
  • 1ère révision aussitôt
  • révision le soir
  • révision 3 jours après
  • révision 7 jours plus tard
  • révision 11 jours plus tard (*)

pour le texte 2 :

  • étude le matin
  • 1ère révision aussitôt
  • révision le lendemain soir
  • révision 5 jours après
  • révision 15 jours plus tard, c’est-à-dire en même temps que la révision marquée (*) pour le texte 1

vous avez donc fait une révision de plus pour le texte 1.

Attendez un mois sans réviser, puis vérifiez vos connaissances du texte 1 et du texte 2. Si elles sont identiques, c’est que le rythme adopté pour le texte 1 vous a fait gaspiller de l’énergie. Si vous connaissez bien le texte 1 et pas suffisamment le texte 2, c’est que le rythme de révision 1 est meilleur pour vous que le rythme 2.

Ainsi, peu à peu, vous déterminerez votre propre rythme optimum de révision.

Exercice n°15

Prenez une feuille de papier et essayez de noter tous les souvenirs qui vous restent de la période où vous aviez entre 10 et 15 ans. Complétez cette liste au cours des jours qui suivront, au fur et à mesure que vous aurez des souvenirs qui vous “reviendront”.

Après une semaine passez à la période de 6 à 10 ans. Puis la semaine d’après, de votre plus tendre enfance (0 à 6 ans).

Pour chaque souvenir essayez d’évoquer une image du passé. Vous serez surpris du nombre de souvenirs que vous laissent votre enfance et votre adolescence.

Exercice n°16

Application de la méthode  cumulative-répétitive :

Révisez un cours, dont vous avez besoin dans le cadre de vos études, mais que vous n’avez pas revu depuis longtemps, en appliquant la méthode cumulative-répétitive. Vous serez surpris de voir à quel point vous pouvez retenir facilement l’ensemble du cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

eget ut felis diam facilisis amet,