Histoire des jeux d’argent en ligne

L’industrie du jeux de hasard est un secteur économique sans pareil. Afin de rester une activité de loisir dans le cadre d’un modèle durable, le secteur n’a eu de cesse de se réinventer et de s’adapter d’abord à l’informatique et ensuite à la naissance d’Internet.
Découvrez à travers cet article comment les premiers casinos en ligne ont été possibles, se sont installés de manière pérenne sur la toile, et perdurent depuis près de 25 ans.

Naissance des jeux d’argent en ligne en 1994

Trois étapes peuvent être identifiées dans l’histoire des jeux d’argent en ligne :

  1. au milieu des années 70, un logiciel de jeu a été développé, entraînant le remplacement progressif des machines à sous traditionnelles fonctionnant avec des pièces de monnaie par des casinos ;
  2. au début des années 90, Internet a permis de relier plusieurs ordinateurs par un serveur et donc de partager des applications de jeu ;
  3. enfin, en 1994, un cadre réglementaire a été reconnu et adopté par certaines autorités, qui ont joué un rôle central dans le développement des jeux en ligne.

Antigua-et-Barbuda a été le premier État à signer un tel accord, la loi sur la zone de libre-échange et de traitement. Cette loi permettait au ministre du commerce de délivrer des licences officielles, exemptant les bénéficiaires du paiement de droits de douane. C’est ainsi qu’a été créée la première juridiction “offshore” pour les jeux en ligne.

Un fournisseur de logiciels basé sur l’île de Man et établi en 1994 a été la première entreprise à voir le potentiel de la combinaison des trois innovations mentionnées ci-dessus, et a commencé la production de logiciels en ligne. En 1995, les jeux en ligne avaient trouvé une clientèle ; bien qu’à ce stade, la sécurité, élément central du système, manquait encore. Cette année-là, une société irlandaise a apporté une contribution essentielle avec le développement d’un système de vérification des transactions virtuelles et des opérations financières en ligne. En 1996, le premier casino en ligne a été lancé sous le nom d’Intercasino.
Très vite après Intercasino, le premier casino en ligne pour joueurs canadiens voit le jour.

D’une légitimation des sites dans les années 2000…

La majorité des sites de jeux en ligne lancés à partir de la fin des années 1990 ont été confrontés à un manque d’intégrité, du moins au début. Leur principal objectif était de rassurer les clients potentiels, en leur montrant que leurs produits n’étaient pas “truqués” et que les gains des joueurs seraient payés.

Afin de compenser ces faiblesses majeures, dans un secteur où la sécurité et la protection des utilisateurs sont des exigences nécessaires, les opérateurs se sont appuyés sur trois facteurs :

  1. un développement constant des produits ;
  2. des taux de retour extrêmement élevés pour les acteurs (supérieurs à ceux observés précédemment sur le marché) :
  3. des procédures d’inscription très simples.

Une fois qu’ils ont atteint des dimensions critiques et qu’ils ont réalisé des bénéfices suffisants, les opérateurs disposent d’un autre outil : la communication. Nombre d’entre eux ont obtenu une légitimation en utilisant la faible marge de manœuvre fiscale pour sponsoriser une grande équipe de football, sans être en possession d’une licence de jeu dans le pays correspondant. D’autres ont promu le fait qu’ils sont cotés en bourse, ce qui leur permet, au moins, de revendiquer la transparence financière.

… à l’étoffement de l’offre en ligne

Avec le temps, les opérateurs de jeux en ligne sont pour la plupart devenus généralistes. Seuls quelques grands sites de poker restent consacrés à leur activité principale. Tous les autres opérateurs proposent désormais des jeux de casino, du poker, du bingo, des jeux d’adresse et des paris en ligne. Aujourd’hui, même les spécialistes des paris sportifs ne réalisent plus que 50 % de leurs recettes brutes de jeu de cette manière. De même, les principaux casinos en ligne tirent un peu plus de 40 % de leurs de ce secteur.

L’objectif de ces opérateurs est d’attirer les inévitables gros joueurs, qui jouent quotidiennement et qui dépensent en général beaucoup tout en jouant à une multitude de jeux.

Chaque année, de nouveaux produits apparaissent sur le marché. Les opérateurs tentent ainsi de se différencier de leurs concurrents, même s’ils finissent généralement par reproduire les offres des uns et des autres.

Les jeux de casino

Bien que la moitié des gains des leaders du marché proviennent généralement de machines à sous virtuelles, il n’existe pratiquement aucun opérateur en ligne proposant moins de 100 produits différents. Les leaders du marché proposent plusieurs types de machines à sous, mais aussi des jeux de table (roulette), des jeux de cartes (blackjack, baccarat), le poker en ligne, des loteries (keno) et le bingo. Selon le jeu et son public, qu’il soit débutant ou “professionnel”, la mise minimale peut varier considérablement : de 0,01 € pour certaines machines à sous à plus de 100 € pour les grandes tables de blackjack.

Trois nouvelles initiatives sont de plus en plus populaires : la comparaison de casinos en ligne ;  les croupiers en direct, où un croupier physique est filmé via une webcam et donne aux joueurs l’impression d’être dans un vrai casino ; et les jeux basés sur les réseaux sociaux (souvent gratuits, parfois sur abonnement), comme Zynga ou Mytopia, qui permettent de réunir des millions de joueurs et constituent un bon moyen de recrutement pour les jeux de hasard.

 

Laisser un commentaire