Gérer ses expressions

Si nous ne sommes pas flegmatiques de nature, nous avons souvent le défaut de réagir avec excès à des paroles, à des spectacles, à des événements.

Vous êtes allé à un concert que vous avez beaucoup aimé. Pour extérioriser votre satisfaction, vous employez des expressions hyperboliques “ce concert était absolument fantastique, phénoménal, et ce chef d’orchestre est un véritable génie”. Pour renforcer vos paroles, vous donnez à votre visage une mimique exprimant que cela dépassait tout ce qu’on peut imaginer et pour faire bon poids, vous accompagnez le tout d’un balancement de la tête et du haut du corps, lequel donne son élan à votre bras droit que vous dirigez de gauche à droite et de haut en bas.

Autre exemple : un de vos amis vous annonce une nouvelle qui vous surprend là encorevous allez employer une expression exagérée accompagnée d’un regard écarquillé, de mouvements de sourcils et de geste de la main ou du bras.

Encore un exemple : vous entendez une détonation ; vous sursautez et vous vous retournez en direction du bruit comme mû par un ressort.

Et un dernier exemple vous avalez un médicament dont le goût est désagréable vous faites une grimace montrant votre déplaisir et vous dites : c’est tout simplement abominable.

Ces quelques exemples montrent que nous avons tendance, pour mieux faire comprendre nos sentiments, à exagérer nos réactions et à prendre des mimiques excessives. Celui qui désire être maître de lui évitera tout excès de ce genre. Il ne manifestera pas ses sentiments ou sensations par des réactions démesurées. Votre objectif doit être de rester impassible en toute circonstance. Un pneu éclate à côté de vous : au lieu de sursauter et de bondir, vous vous retournerez calmement. Vous avalez quelque chose qui a mauvais goût : vous exprimerez (si cela est nécessaire) votre opinion par un mot juste, sans excès et surtout sans grimaces. De même, si vous vous brûlez en mangeant quelque chose de trop chaud ou si vous vous faites mal au doigt en bricolant. Vous veillerez dans toutes ces circonstances à avoir une réaction contrôlée et en rapport avec l’importance des faits.

Naturellement, cela ne veut pas dire que, si on vous annonce une nouvelle triste (quelqu’un qui vous apprend que son conjoint est décédé), vous allez rester de marbre. Rien ne vous empêchera dans un cas comme celui-là, d’exprimer votre compassion par une expression appropriée du visage. L’essentiel est que vous décidiez volontairement de montrer votre sentiment. A l’inverse, si vous devez convaincre un client, ou un représentant de votre maison, de la qualité exceptionnelle de tel nouveau produit qui vient d’être réalisé, vous ne manquerez pas d’être enthousiaste et de témoigner cet enthousiasme par vos paroles, votre visage et même vos gestes.

Là encore, ce qui est important, c’est que vous décidiez volontairement d’exprimer tel ou tel sentiment.

Vous constaterez d’ailleurs que si vous êtes impassible en règle générale, lorsque votre visage s’animera pour un motif valable, cela sera d’autant mieux perçu et apprécié de vos interlocuteurs.

A part les cas où il est utile de souligner des sentiments ou des sensations par le visage, la voix, le vocabulaire, les gestes, vous vous ferez une règle de rester impassible en toutes circonstances.

Comme nous venons de le voir, cela s’applique d’une part, aux réactions devant des événements qui se produisent devant nous, ou que l’on nous rapporte, d’autre part, à l’expression de nos idées, sentiments ou sensations. Dans un cas, il y a réaction, dans l’autre, action spontanée, mais dans les deux cas, il faut apprendre à lutter contre ces mouvements exagérés.

La conquête de soi-même, l’entraînement à la maîtrise de soi commencent par là. Vous y attacherez une importance particulière. C’est grâce à la maîtrise de ces expressions extérieures que vous ferez des progrès dans la maîtrise profonde de vous-même.

Faites d’abord le point de vos faiblesses

1. avez-vous tendance à exagérer les mouvements de bras ou de mains lorsque vous parlez ?
2. avez-vous tendance à parler trop fort lorsque cela correspond à vos sentiments intérieurs (enthousiasme, ou mécontentement par exemple) ?
3. avez-vous tendance à employer un vocabulaire hyperbolique ?
4. avez-vous tendance à exagérer les mimiques de votre visage pour renforcer l’expression de vos sentiments ?

Commencez par vous améliorer sur les points les plus faciles. Faites-vous une carte résumé. Notez les points sur lesquels doit porter votre effort.

Vous serez surpris de voir après quelques semaines d’entraînement à quel point ce contrôle des réactions extérieures entraîne une maîtrise intérieure de plus en plus grande. Un programme d’amélioration sur ce point pourrait presque à lui seul transformer une personnalité. En vérité, vous venez d’apprendre l’un des grands secrets qui conduisent à la maîtrise de soi.

Rappelez-vous donc cette règle :

Il faut lutter contre toute manifestation de réaction ou d’expression excessive sur le visage, dans la voix, par les mots et par les gestes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

dolor. Praesent ut facilisis ut consequat. id, Donec commodo suscipit Nullam Phasellus