Comparaison de la monarchie absolue en France et de la monarchie constitutionnelle en Angleterre sous l’Ancien Régime

Quel système politique est mis en place en France sous l’Ancien Régime et en particulier sous Louis XIV ?

En France, la monarchie absolue préparée par Henri IV et Richelieu se développe sous le règne de Louis XIV.
Sous Henri IV, Le pouvoir est concentré en la personne du roi qui choisit les membres du Conseil royal.
Sous Louis XIII, les gouverneurs des provinces et les parlements doivent se soumettre à sa volonté.

A partir du Louis XIV, le roi gouverne sans premier ministre, considérant qu’il tient son pouvoir de Dieu : on parle de monarchie absolue de droit divin. Le roi s’entoure de « commis », ministres chargés de lui prodiguer des conseils spécialisés.

Quelle catégorie sociale Louis XIV a-t-il dû contrôler pour établir son règne et affirmer son pouvoir ?

Louis XIV s’appuie sur la bourgeoisie pour affermir son pouvoir.
Il est servi par des ministres, véritables commis, souvent issus de la noblesse de robe, de la haute bourgeoisie  De même les intendants représentant le pouvoir central dans chaque province qui sont nommés et révoqués par le roi sont souvent issus de cette classe sociale.
Les intendants sont les principaux agents du pouvoir central dans les provinces. Ils sont nommés et révoqués par le roi et chargés d’exécuter ses ordres.

Louis XIV abaisse les corps intermédiaires: noblesse et parlements. Il écarte les grands seigneurs pour tout contrôler lui-même. Sur les conseils de Richelieu, il s’entoure d’une Cour à Versailles qu’il peut aisément contrôler.

Comment l’absolutisme s’est-il traduit sous Louis XIV sur les plans politique, culturel, religieux et économique ?

Sur le plan politique, Louis XIV est aidé par des conseillers spécialisés : le Conseil d’En Haut (politique générale), le Conseil des Finances. Les ministres des conseils n’ont pas de pouvoir et ne font que donner leur avis. Les secrétaires d’État (à la guerre, la marine, les affaires étrangères,…), le chancelier et les intendants exécutent les ordres du roi.

Les intendants disposent de pouvoirs de plus en plus étendus, devenant par ceci une institution stable de la vie des provinces.

Sur le plan culturel, la Cour est le centre de la vie intellectuelle. Louis XIV y protège les artistes et les savants qui peuvent servir sa gloire : Lully, Molière, Racine, La Fontaine, Boileau, La Bruyère,…

Sur le plan religieux, pour régner en maître absolu de droit divin, Louis XIV domestique l’Église Catholique, il poursuit les jansénistes, et persécute les protestants à partir de 1679. En 1685, il révoque l’Édit de Nantes, qui rappellons-le est un édit de pacification religieuse signé à Nantes par Henri IV en 1598 et qui autorise la liberté entière du culte protestant.

Sur le plan économique, Louis XIV s’efforce de diriger l’économie en s’appuyant sur son ministre des finances Colbert qui organise une comptabilité rigoureuse.
L’administration des impôts mieux levés est confiée à des « fermiers ».
Colbert impose à la France une politique mercantiliste, pour l’appliquer il créé des manufactures et développe la marine. Il créé des compagnies commerciales recevant le monopole du commerce avec les colonies. Celles-ci fondent des comptoirs en Inde et en Afrique.
Colbert voit en la doctrine mercantiliste son idée essentielle qui est que la seule richesse authentique consiste en l’or et l’argent possédés par les habitants d’un pays. Le principal objectif du mercantilisme est donc d’augmenter le stock monétaire de l’État en évitant les achats à l’étranger et en exportant le plus possible.

Quelles sont les les critiques énoncées contre l’absolutisme par les contemporains ?

Après 1685, le royaume connaît de graves difficultés : crise démographique et économique, guerres difficiles. Certains contemporains comme Fénelon ou Vauban critiquent l’absolutisme.

Fénelon reproche au roi que l’absolutisme mène à plus parler du roi et de son bon plaisir que de l’État et de ses règles. Il reproche à Louis XIV de ne pas avoir veillé sur ses sujets et leur bien-être à l’intérieur du pays en préférant privilégier ses vaines conquêtes extérieures.

Vauban dénonce la fuite de français indispensables au bon fonctionnement du pays, dans toute l’Europe suite à la révocation de l’Édit de Nantes.

Le Duc de Saint-Simon, dénonce le pouvoir des intendants dans les provinces. Ceux-ci devenant maîtres de l’oppression ou du soulagement des particuliers et des paroisses.

Quel est le système politique mis en place en Angleterre sous l’Ancien Régime ?

En Angleterre, depuis le XIIIème siècle, le régime politique est une monarchie contrôlée par le parlement qui comprend deux assemblées : la Chambre des Lords et la Chambre des Communes. Ces deux chambres doivent donner leur accord si le Roi désire modifier la loi ou lever les impôts.
Les députés de la Chambre des Communes sont surtout des notables des comtés, et des armateurs de la Cité de Londres (enrichis par l’essor économique du XVIème siècle).

Pourquoi l’absolutisme n’a pas été instauré en Angleterre ?

Les conditions de la France et de l’Angleterre différent sensiblement. La société anglaise a commencé à évoluer (une classe de marchands et d’armateurs, très individualistes, s’est constituée dans les ports, liée à la noblesse rurale par des mariages, consciente de ses responsabilités).

Il existe une tradition parlementaire sans équivalent en France: le roi ne peut n modifier la loi, ni créer d’impôts nouveaux sans le consentement du Parlement.
Le roi conserve l’initiative, la « prérogative », il reste libre de choisir ses conseillers et d’édicter des règlements mais s’il ne convoque pas le Parlement, il manque des moyens financiers indispensables.

Enfin, la rupture avec Rome et le progrès des sectes ont encouragé l’esprit d’indépendance et de libre examen.
L’Église anglicane se dit à la fois catholique et réformée : catholique, parce qu’elle a conservé la succession apostolique, et réformée parce qu’elle s’est renouvelée selon la réforme protestante. Des anglicans sont souvent réticents à se voir appelés “protestants”.

L’instauration d’une république est-elle toujours synonyme de démocraties et de libertés ?

Non. Cromwell (Parlement) écrase les troupes royales en 1645 et établit une république. Le pouvoir est confié à un Conseil dominé par Cromwell. Les puritains imposent à l’Angleterre une vie austèr : les courses de chevaux sont interdites, le repos du dimanche est obligatoire, les théâtres sont fermés. Cromwell exerce une véritable dictature. La politique extérieure menée développe la marine et les colonies.

A la mort de Cromwell, le pays se retrouve divisé.

Les textes qui garantissent les droits et les libertés des Anglais

Entre 1646 et 1689, les Anglais vont publier différents textes leur garantissant un certain nombre de libertés.

En 1646, Les idées des niveleurs garantit l’idée d’égalité entre hommes et femmes.

En 1673, le Bill du Test (Test acts) garantit une liberté religieuse (l’Église Romaine n’est pas la seule Église catholique et universelle du Christ).

En 1679, le Bill d’Habeas Corpus introduit l’idée de justice pour tous.

En 1689, la Déclaration des droits garantit la liberté d’expression, de pensé et le droit du Parlement.

Qu’est-ce qui fait le prestige de l’Angleterre, sur le plan politique, dans l’esprit des Français ?

Montesquieu caractérise le prestige de l’Angleterre par sa liberté: le pouvoir du prince étant contrôlé et limité par le Parlement.

Voltaire caractérise le prestige de l’Angleterre par l’égalité entre les citoyens de quelque souche sociale soit-il (mêmes droits, mêmes devoirs). De plus, Voltaire vante l’idée selon laquelle les tailles sont fonction des revenus. Il n’y a pas de taxes sur les terres, ce qui permet aux paysans de prospérer.

Schéma d’explication du système politique anglais

Les pouvoirs du roi:

  • Édicter des règlements, proclamations.
  • Nommer les ministres, les membres de la Chambre des Lords

Les pouvoirs du parlement:

  • Donner son accord pour lever et entretenir une armée en temps de paix.
  • Donner son accord pour lever les impôts.
  • Liberté d’expression et de parole au sein du Parlement.
  • Corriger, fortifier, créer, abroger ou faire exécuter les lois.

Conclusion: les différences sur le plan politique entre la France et l’Angleterre

La France est une monarchie absolue de droit divin, c’est-à-dire que le roi détient tous les pouvoirs et contrôle tous les domaines politiques. Il considère qu’il tient son pouvoir de Dieu et qu’il n’a de comptes à rendre à personne.

Le gouvernement est réduit à une fonction de conseil spécialisé dans les différents domaines. Les conseillers et ministres, choisis par le roi, ne sont pas représentatifs du peuple. Ils n’ont aucun pouvoir légal de contrôle des actes du roi.

L’Angleterre est une monarchie constitutionnelle. Le roi conserve l’initiative, il reste libre de choisir ses conseillers ou d’édicter des règlements mais l’application de ceux-ci dépend des moyens financiers indispensables que seul le parlement peut lui concéder.
Le parlement a donc un pouvoir de contrôle sur les agissements du roi.
Le parlement accroît son pouvoir au détriment du roi.

Même si le système électoral (suffrage censitaire et nomination des ministres et des membres de la Chambre des Lords par le roi) reste imparfait, le système anglais est plus démocratique que le système français.

En France, les politiques dépendent du roi, en Angleterre, le roi dépend du parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Sed elementum efficitur. ut Aliquam adipiscing fringilla