L’accord des couleurs

1

60b11054b9734f6629486958e302304a_large

 

La langue française est pleine de subtilités et l’accord des couleurs ne fait ici pas exception !
Afin d’avoir une orthographe irréprochable,
il convient d’avoir différentes règles en tête :


Règle n°1 : 

Un mot désignant une couleur s’accorde avec le mot qu’il qualifie s’il est simple/non composé.
Par exemple : Elle avait des yeux bleus.

Pour la route : En Antiquité, en Europe, le bleu n’était pas considéré comme une couleur. Il faut attendre les 17e-18e siècle pour qu’il soit réhabilité. Il devient alors la couleur de l’aristocratie. A partir du 18e siècle, il devient la couleur favorite des européens ! (Pour une histoire des couleurs, cf Michel Pastoureau, Le petit livre des couleurs.)

Règle n°2 :
Lorsqu’une couleur est désignée par un ensemble (mot + nom ou adjectif), celui-ci reste invariable.
Par exemple : Elle avait des yeux bleu clair qui se mariaient avec sa robe bleu ciel et or.

 S’il y a plusieurs mots, il n’y a donc pas d’accord.

 Règle n°3 : 

Si le terme désignant la couleur est un nom (qu’il soit formé d’un ou de plusieurs mots), il reste invariable.
Par exemple : Des cahiers orange (= de la couleur de l’orange) et des bottes marron.

 Les sept merveilles d’exception :

On compte en tout pas moins de 7 exceptions à cette troisième règle ! Concernent-elles les couleurs qui reviennent le plus souvent ? Bien sûr que non, ça serait trop facile…

Les voici : pourpre, vermeil, fauve, rose, incarnat, mauve, écarlate.

Par exemple : Des rideaux pourpres.

Le saviez-vous ?
– Le rouge pourpre est considéré comme un symbole de pouvoir dans la Rome impériale et est ainsi réservée aux chefs de guerre et à l’empereur. 
– Lorsqu’un empereur byzantin s’avérait être le fils du précédent empereur, il était surnommé « porphyrogénète », ce qui signifie « né dans la pourpre ». Cette appellation renvoie à la Porphyra, la salle d’accouchement des femmes de la famille impériale, dont les blocs étaient faits de porphyre pourpre.

 Truc mnémotechnique, à partir de la première lettre de chaque exception :

 Prime, victime, frime, ça rime !

1 commentaire

  1. Bonjour Emilie.

    J’ai trente ans sonnés et je suis enseignante moi aussi, mais c’est la première fois que mes idées sont éclaircies au sujet de l’accord avec les couleurs. Merci pour ton post.

Commenter