Couleur des Voyelles de Arthur Rimbaud

Voyelles est le nom d’un sonnet d’Arthur Rimbaud écrit en 1872.
Il s’agit d’un poème très commenté aux interprétations diverses. Dans ce poème, Rimbaud associe une couleur à une lettre, une voyelle, et les oppose. Voici un mnémonique pour retenir l’association entre couleurs et voyelles.

“A” est noire comme l’Africain a la peau noire;
“E” est blanche comme l’Européen a la peau blanche;
“I” est rouge comme l’Indien a la peau rouge;
“O” est bleue comme l’Océanien a l’eau bleue;
“U” enfin… finit le vert de vertu.

Et voici le poème en question !

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d’ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
– O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! –

Par Fan-Fan.

1 commentaire
  1. guffond dit

    Excellent

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

massa at mattis nunc commodo elit. tempus Sed venenatis,