Le système Major de mémorisation

0

Le système Major (en anglais Major system) est un type de système de numérotation téléphonique utilisé pour aider à mémoriser les numéros et les cartes à jouer. Il semble porter le nom du Major Beniowski, bien que le système Major moderne ait été décrit pour la première fois par Aimé Paris et soit construit sur des systèmes antérieurs remontant à des centaines, voire à des milliers d’années !

Fonctionnement du système Major

Le système fonctionne en convertissant les nombres en consonnes, puis en mots en ajoutant des voyelles.
Le système fonctionne sur le principe que les images peuvent être mémorisées plus facilement que les chiffres. Il est lié au système Dominic, au système d’association mnémonique pour les nombres et au système Ben.

Les variations entre les différents systèmes Major au cours des derniers siècles sont si grandes que n’importe quel système mnémonique d’attribution de sons aux chiffres pourrait tomber sous la définition.

Comment créer un système Major ?

Dans sa forme moderne, le système Major propose que chaque chiffre est généralement associé à une ou plusieurs consonnes. Cela fonctionne comme ceci:

  • Attribuez des consonnes (et non des lettres) à chaque chiffre.
  • Utilisez ces lettres pour générer des images visuelles qui peuvent être mémorisées à la place des chiffres.

Assignation de sons aux chiffres

Dans la forme la plus courante du Système Majeur aujourd‘hui, les voyelles et les consonnes w, h et y sont ignorées. Celles-ci peuvent être utilisées comme “remplisseurs” pour rendre les mots sensés à partir des séquences de consonnes résultantes.

L’arrangement le plus courant est celui-ci

Consonnes associées aux nombres Mnémonique

  • 0 S, Z, C. Z est la première lettre de zéro. Les autres lettres ont un son similaire.
  • 1 T, D. T et D ont un coup de descente dans la prononciation et un son similaire (certains systèmes et variantes incluent “th”).
  • 2 N. La lettre N a deux pentes lorsqu’on le trace et ressemble à “2” sur le côté.
  • 3 M.M a trois pentes lorsqu’on le trace et ressemble à un 3 sur le côté.
  • 4 R. Dernière consonne de quatre, également 4 et R sont presque des images en miroir l’une de l’autre.
  • 5 L. L est le chiffre romain pour 50.
  • 6 SH, CH, J, G, ZH. La graphie de j et de g ressemblent au 6.
  • 7 K, C, G, Q. K “contient” deux sept (de manière imagée).
  • 8 F, V. La lettre F ressemble au chiffre 8. V sonne de la même façon.
  • 9 P, B. P est une image miroir 9. B sonne de la même façon et ressemble à deux 9 enroulés.
  • Rappelons que les sons de voyelles sont non assignés, ainsi que les consonnes w,h,y. Facile à retenir (“why” en anglais, pour pourquoi). Ces sons peuvent être utilisés n’importe où sans changer la valeur numérique d’un mot.

Les sons peuvent être appariés aux chiffres de différentes manières tant que le système reste cohérent.
En 1808, le système de Gregor von Feinaigle, célèbre mnémoniste allemand ressemblait à ceci:

  • 0 = s, x, x, z
  • 1 = t
  • 2 = n
  • 3 = m
  • 4 = r
  • 5 = l
  • 6 = d
  • 7 = c, k, g, g, q
  • 8 = b, h, v, w, w
  • 9 = p, f

Création d’images à partir de l’association chiffre-son

Chaque chiffre correspond à un ensemble de sons similaires avec des positions similaires de la bouche et de la langue. Le lien est phonétique, c’est-à-dire que ce sont les consonnes qui comptent, pas l’orthographe.

Exemples : La prononciation du “g” dans “gargouille” est similaire au “k” dans “kilo” ou au “c” dans “cartable”, mais le “g” dans “fragile” est lié au “j” dans “Jean” et le “ch” dans “chaise”.
Les lettres doubles n’ont pas dimportance, seulement leurs sons en ont, de sorte que le “ss” dans “missile” est codé avec un seul zéro, pas deux zéros. “Missile” est 305 (MSL).

Certaines personnes créent des images qui contiennent le nombre exact de consonnes dans le mot, tandis que d’autres utilisent simplement les consonnes comme directives générales et ne s’inquiètent pas si le mot a des consonnes supplémentaires.
Par exemple, “gaillard” correspond à 7541, mais il peut aussi correspondre à 754 si le “d” final est ignoré.
Peu importe la façon dont vous créez vos images, à condition que cela ait un sens pour vous et que vous puissiez créer un lien permanent entre le nombre et l’image visuelle.

Le système Major peut être utile pour la création (ou la combinaison) de systèmes plus complexes comme le système de mémorisation PAO.

 

Commenter