Pourquoi Constantin s’est-il converti au christianisme ?

Constantin est le premier empereur romain à se convertir au christianisme. La légende raconte qu’il l’a fait après avoir assisté à la vue d’une croix dans le ciel avec toute son armée. Cependant, sa croissance spirituelle et sa conversion éventuelle n’ont pas eu lieu en même temps que ce seul événement. Elle a commencé des années auparavant, alors qu’il était stationné en Gaule, le long de la frontière du Rhin, dans le nord de l’Europe.

Alors que Constantin envisageait le déclenchement imminent d’une guerre avec l’empereur Maxence au printemps 312 après J.-C., il était très inquiet. Maxence avait une armée expérimentée qu’il avait menée à de nombreuses victoires. Il contrôlait une série de villes bien fortifiées dans le nord de l’Italie, et avait amélioré les fortifications de Rome, déjà importantes, pendant des années.

Il décide d’envahir la péninsule italienne depuis la Gaule. Ce n’est pas une tâche facile, car il doit maintenir une chaîne d’approvisionnement élaborée pour son armée tout en laissant derrière lui quelques troupes pour défendre la frontière du Rhin pendant son absence. Il se retrouve donc avec des forces bien plus réduites que celles de son ennemi. Constantin décide de franchir les Alpes pour se rendre dans la péninsule italienne, près du Mont-Cenis.

Ses armées se battent au sud jusqu’à ce qu’elles commencent à approcher de Rome. En signe de confiance, Maxence déplace son armée pour rencontrer Constantin en dehors de la sécurité des défenses de la ville.

La vision de Constantin

Chrisme du christianisme archaïque
Chrisme: symbôle chrétien composé des lettres grecques khi et rhô les deux premières lettres du mot Χριστός (Christ)

Il existe deux récits de la conversion de Constantin au christianisme. Le premier est celui de Lactance, un précepteur du fils de Constantin et une bonne autorité. Il affirme qu’en Gaule, avant de partir pour Rome, Constantin et son armée ont vu une grande croix dans le ciel. En dessous, il y avait les mots grecs en toutoi nika, “Dans ce signe, conquérir”.

Mais l’évêque Eusèbe de Césarée, un historien romain qui écrira plus tard une biographie favorable à Constantin, raconte que lui et son armée ont vécu cette vision juste avant le début de la bataille en dehors de Rome.

Les deux récits racontent que Constantin ne comprenait pas pleinement le sens de cette vision et priait pour une explication. Il rêve d’un symbole chrétien commun, les symboles grecs chi et rho, un χ avec un ρ, qui ressemble à un long P, dessiné par le milieu.

L’empereur explique le rêve céleste à son armée et leur dit de fabriquer l’étendard de combat qui est décrit, en plaçant le symbole du “Dieu suprême” sur leurs boucliers.

La bataille du pont Milvius

Le 28 octobre 312 après J.-C., la bataille du pont Milvius se déroule en dehors de Rome contre Maxence. Constantin s’est avancé au premier rang de la bataille derrière les initiales du Christ entrelacées avec une croix. Maxence arborait la bannière du Soleil Inconquis comme étendard de bataille. L’infanterie de Constantin, dont beaucoup étaient chrétiens, remporte la bataille de manière décisive. Sa cavalerie a poursuivi les restes des forces ennemies à travers le Tibre. On a vu Maxence lui-même tomber du pont dans le fleuve alors que son armée battait en retraite et se noyer à cause de son armure lourde.

Eusèbe dit que Constantin ne sait pas quel dieu lui a donné ce signe dans le ciel, mais qu’il a été tellement ému par sa vision de la croix qu’il a juré de n’adorer aucun autre dieu que celui qui lui est représenté. Il commence donc à chercher d’autres personnes qui pourraient l’aider à en savoir plus sur ce qu’il a vu. On sait que des évêques ont régulièrement voyagé avec Constantin, Maternus de Cologne, Recticius d’Autun, Marinus d’Arles et Ossius de Cordoue. Il est probable que ces évêques lui ont affirmé que Jésus était le fils unique de Dieu et que la croix qu’il avait vue dans sa vision était un symbole du triomphe de Jésus sur la mort.

Constantin se consacre entièrement à Dieu, et se plongera désormais dans la lecture d’écrits inspirés. Il fait des prêtres de Dieu ses proches conseillers, et estime qu’il est de son devoir d’honorer le Dieu qui lui est apparu dans sa vision originelle.

L’édit de Milan

Constantin entre à Rome comme le maître bienvenu et incontesté de l’Occident, mais ne reste pas longtemps dans la ville. Il ne fait aucun sacrifice aux dieux romains pendant son séjour. Il ordonne la restitution des biens confisqués aux chrétiens lors de leurs précédentes persécutions. Constantin avait déjà rencontré Licinius à Milan en mars 312, où ils avaient discuté de l’avenir de l’empire. C’est à partir de ces rencontres que Licinius rédige l’édit de Milan, accordant à tous les membres de l’empire romain la liberté de vénérer le dieu de leur choix. Cet édit a été adopté en février 313 après que Constantin ait quitté Rome. Cela représente un changement radical dans les attitudes de tolérance religieuse au sein de l’empire romain.

Alors que Constantin envisageait son avenir, le but de sa vie s’est peut-être progressivement mis en place, le convainquant qu’il allait se débarrasser de l’ancienne adoration des dieux romains et mener une vie de foi comme l’enseignait le Dieu chrétien. Lorsque Constantin s’est déclaré chrétien, on pense qu’un tiers de l’empire romain était chrétien.

Il n’y a aucune raison de douter de ces récits de la conversion de Constantin. Eusèbe fait référence à l’histoire de la conversion de l’empereur au christianisme en 336 lors d’un discours en son honneur. Les quatre autres évêques qui voyageaient régulièrement avec lui ont continuellement écrit sur sa croissance spirituelle.

Le christianisme est devenu la religion officielle de l’Empire romain en 380 après J.-C. sous Théodose Ier.

Les empereurs romains et le christianisme

Les empereurs ont toujours été hostiles ou indifférents au christianisme. Comment un empereur pouvait-il souscrire à une foi qui impliquait le culte de Jésus-Christ, un criminel juif exécuté ? Cette foi était également populaire parmi les esclaves et les soldats, qui n’étaient guère des ordres respectables dans la société.

L’histoire de la conversion de Constantin a acquis une qualité miraculeuse, ce qui n’est pas surprenant du point de vue des chrétiens contemporains. Ils venaient de sortir de la “Grande persécution” sous l’empereur Dioclétien à la fin du IIIème siècle.

Le moment de la conversion de Constantin a été lié par deux narrateurs chrétiens à une campagne militaire contre un rival politique, Maxence. La conversion était le résultat d’une vision ou d’un rêve dans lequel le Christ lui ordonnait de combattre selon les normes chrétiennes, et sa victoire a apparemment assuré Constantin de sa foi en un nouveau dieu.

La problématique de la conversion de Constantin

La conversion était le résultat d’une vision ou d’un rêve dans lequel le Christ lui ordonnait de combattre selon les normes chrétiennes.

La conversion de Constantin pose des problèmes à l’historien. Bien qu’il ait immédiatement déclaré que les chrétiens et les païens devaient être autorisés à pratiquer librement leur culte, et qu’il ait restauré les biens confisqués lors des persécutions et autres privilèges perdus par les chrétiens, ces mesures n’ont pas marqué un changement complet vers un style de gouvernement chrétien.

Nombre de ses actions semblaient résolument païennes. Constantin fonda une nouvelle ville portant son nom : Constantinople. Les écrivains chrétiens ont émis l’idée qu’il s’agissait d’une “nouvelle Rome”, une capitale chrétienne appropriée pour un nouvel empire chrétien l’empire romain d’Orient (en savoir plus sur la naissance de l’Empire byzantin).

Mais ils devaient trouver des moyens d’expliquer le fait embarrassant que dans cette nouvelle ville soi-disant chrétienne, Constantin avait érigé des temples et des statues païens.

Comment caractériser les convictions religieuses de Constantin ? Les récits différents mais liés de sa conversion miraculeuse suggèrent une expérience spirituelle de base qu’il a interprétée comme étant liée au christianisme.

Sa compréhension du christianisme était, au stade de sa conversion, peu sophistiquée. Il se peut qu’il n’ait pas compris les implications de la conversion à une religion qui attendait de ses membres qu’ils s’y consacrent exclusivement.

Cependant, ce qui a certainement été établi au début du IVème siècle est le phénomène d’un empereur adoptant et favorisant un culte particulier. Ce qui était différent dans la “conversion” de Constantin était simplement le culte particulier vers lequel il s’était tourné – le culte du Christ – où les empereurs précédents avaient cherché le soutien de dieux et de héros païens, de Jupiter à Hercule.

 

1 réflexion au sujet de « Pourquoi Constantin s’est-il converti au christianisme ? »

Laisser un commentaire