Composition et structure de la Terre

0

 Voyage au centre de la terre

  • Structure interne de la Terre:

  1. Croûte continentale: Elle correspond aux parties de la croûte terrestre qui forment les continents
  2. Croûte océanique: Elle correspond à la partie de la croûte terrestre qui forme les océans
  3. Manteau supérieur (ou Asthénosphère)
  4. Manteau inférieur (ou Mésosphère)
  5. Noyau externe: Dans cette partie du noyau la pression est de 2 millions de fois la pression atmosphérique, la température frôle les 4000°C et le fer se trouve à l’état liquide. (le fer fond à environ 3500°C)
  6. Noyau interne (ou graine): Ici c’est du solide, la graine atteint les 5000°C, c’est maintenant un gros bloc de métal et de nickel (80% de métal).
  7. Mais, me diriez-vous ! Alors pourquoi le fer ne fond t-il pas ?
  8. Réponse: Il est solidifié sous l’effet de la pression pharamineuse qui y règne.
Schéma de la composition et de la structure de la Terre.
Schéma de la composition et de la structure de la Terre.
  • Quelques petits trucs à retenir:

  1. Croûte: “continentale” et” océanique” sont toutes les deux des marques de télévision = ce que l’on voit en surface, pensez à ces deux marques.
  2. Manteaux: Asthénosphère et Mésosphère; pour s’en souvenir apprenez ce mini mnémonique: “ Méso ! Laisse faire Asthéno !”, donc Asthénosphère (croûte supérieur) en premier, il est également validé par le “A” qui est sa première lettre.
  3. Noyau externe: ex de “expulser” pour se souvenir du fer à l’état “liquide
  4. Noyau interne: solide comme un noyau (d’abricot par exemple), le noyau se dit aussi “la graine”.
  5. A. La discontinuité de Mohorovičić: Elle marque la transition entre la croûte et le manteau. (facile à retenir avec l’association du “m et du “c” = Mohorovičić/croûte et manteau)
  6. B. La discontinuité de Gutenberg: Elle marque la transition entre le manteau et le noyau. (faites l’association avec le “n” de “noyau” et de “Gutenberg”)
  7. C. La discontinuité de Lehmann: Elle marque la transition entre le noyau externe et le noyau interne. (pour retenir la discontinuité qui marque la transition entre les “deux noyaux” faites l’association des deux “n” de “Lehmann” avec les deux noyaux”)
  8. A ce jour, nous ne sommes pas descendus au delà de 12 km de profondeur (Russie-1989)

Commenter