Comment apprendre le Morse ?

Comment apprendre l’alphabet Morse ?

Le code Morse
L’alphabet/code Morse

L’alphabet Morse a été inventé en 1832 par Samuel Morse et son assistant resté dans l’ombre Alfred Vail. Un code de caractères, des points (.) et des traits () sont attribués à chaque lettre, chiffre, ou ponctuation ce qui permet de transmettre un message ou un texte à l’aide d’impulsions courtes (les points) ou longues (les traits). Ces impulsions peuvent être produites par la lumière (on se rappelle des SALUT (… .- .-.. ..- –) lancés à la lampe de poche à nos amis voisins durant notre enfance), des signes ou alors des bruits.

Il existe une manière assez simple pour retenir du moins retrouver le langage morse.

 

On associe à chaque lettre un mot qui commence par cette même lettre. On découpe ce mot en syllabes et lorsque la syllabe comprend le son “O”, cela équivaut à un “trait” dans l’alphabet Morse. Si la syllabe ne comprend pas le son “O”, ce sera un point.

Ce qui nous donne:

a: arnold        g: gondole      m: moto            s: sardine               y: yoshimoto

b: bonaparte   h: hilarité        n: noël              t: thon                   z: zoroastre

c: coca-cola     i: ici               o: ostropo         u: union

d: docile          j: jablonovo    p: psychologie   v: valparaiso

e: eh               k: kohinor      q: quoquorico    w: wagon-post

f: farandole      l: limonade     r: ramoneur      x: xocadéro

Alphabet morse:

a: . –               g: – – .      m: – –         s: . . .     y: – . – –

b: – . . .           h: . . . .      n: – .         t: –          z: – – . .

c: – . – .           i: . .           o: – – –     u: . . – 

d: – . .             j: . – – –      p: . – – .   v: . . . –

e: .                 k: – . –        q: – – . –   w: . – – 

f: . . – .            l: . – . .      r: . – .       x: – . . –

 

Quelques exemples:

Pour transcrire le c, on prend l’association “coca-cola”. Les syllabes contenant “o” correspondent à un trait, donc: coca-cola, ce qui donne: – . – .

Un autre exemple, le i, on prend l’association “ici”. Il n’y a pas de “o” dans les deux syllabes de “ici”, donc pas de traits. Le i correspond donc à deux points: . .

Un dernier exemple pour la route: nous avons associé à la lettre B “Bonaparte”: ce nom se compose de quatre syllabes: bon a par te et il n’y a que “bon” qui possède le son “o”, du coup la lettre B est codée avec un trait (bon) et trois points (a par te) – . . .

A vous de jouer !

13 commentaires
  1. Jane dit

    Super ! Merci pour cet article :)

  2. Paul dit

    Vraiment génial. Bien que certains mots soient un peu tirés par les cheveux.
    Je cite: valparaiso, ville du chili…
    on peut le remplacer par Vade retro par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

nunc leo odio quis, dolor. libero id dictum id elit.