Les sonnets élisabéthains de Stéphane Mallarmé

Photo de Stéphane Mallarmé, Nadar
Stéphane Mallarmé, photographié par Nadar.

Le sonnet élisabéthain à la façon de Stéphane Mallarmé.

Appelé aussi sonnet anglais ou shakespearien (et qui sera repris par Mallarmé), il présente également 14 vers de 12 pieds (Alexandrin), mais les rimes sont différentes : il est constitué de trois quatrains à rimes croisées, suivis d’un distique exprimant la chute ou une fin surprenante, en somme les deux dernières strophes doivent évoquer la pensée profonde du sonnet. Formes mentionnées par les colistiers ; ABAB CDCD EFEF GG / ABAB ABAB CDCD EE.

Pour s’en souvenir, pensez à la reine Élisabeth I et retenez cette phrase “Alarmé par le bruit du carrosse de Stéphane, j’ai été averti trop tard, l’heure a sonné pour la reine Élisabeth I”.

 

1 commentaire
  1. Sam dit

    Je la replace ici parce que c’est un des vers (paraphrasé) de Mallarmé que je préfère:
    “Le poète est tel qu’en lui même enfin l’éternité le change” (Le tombeau d’Edgar Poe)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

ipsum in tristique Lorem Curabitur accumsan eget