Les sonnets élisabéthains de Stéphane Mallarmé

1
Photo de Stéphane Mallarmé, Nadar
Stéphane Mallarmé, photographié par Nadar.

Le sonnet élisabéthain à la façon de Stéphane Mallarmé.

Appelé aussi sonnet anglais ou shakespearien (et qui sera repris par Mallarmé), il présente également 14 vers de 12 pieds (Alexandrin), mais les rimes sont différentes : il est constitué de trois quatrains à rimes croisées, suivis d’un distique exprimant la chute ou une fin surprenante, en somme les deux dernières strophes doivent évoquer la pensée profonde du sonnet. Formes mentionnées par les colistiers ; ABAB CDCD EFEF GG / ABAB ABAB CDCD EE.

Pour s’en souvenir, pensez à la reine Élisabeth I et retenez cette phrase “Alarmé par le bruit du carrosse de Stéphane, j’ai été averti trop tard, l’heure a sonné pour la reine Élisabeth I”.

 

1 commentaire

  1. Je la replace ici parce que c’est un des vers (paraphrasé) de Mallarmé que je préfère:
    “Le poète est tel qu’en lui même enfin l’éternité le change” (Le tombeau d’Edgar Poe)

Commenter