Les Celtes: guerriers ou commerçants ?

Les Celtes terminent la Préhistoire, se situant dans une période historique appelée la protohistoire durant laquelle les peuples sans écriture côtoient les peuples qui écrivent.
Si les Celtes n’écrivent pas, ils laissent des traces par leurs échanges commerciaux avec la Grèce dont les auteurs nous ont laissé des témoignages écrits. Ces traces écrites à partir du VIème siècle avant J.-C. doivent être lues avec prudence : grecs et romains parlent des Celtes avec leurs préjugés, les considérant comme des barbares dont ils redoutent les capacités guerrières.

Situation géographique et chronologique

Le centre commercial se situe à Marseille (Massalia, grecque à l’époque).
Les premières sources archéologiques des Celtes datent de vers -800, durant le premier âge du fer (Hallstatt) qui s’étend de -800 à -480.

A la fin de cette période, les Celtes se retrouvent sans richesse parce que les Grecs, leurs principaux partenaires commerciaux, se tournent vers l’Orient.
Ils doivent donc trouver de nouvelles richesses.

Dès le début du second âge du fer (La Tène de -480 à -27), les Celtes étendent leur territoire. Au Nord, ils iront jusqu’en Grande-Bretagne, au Sud-Ouest jusqu’en Ibérie, au Sud-Est et à l’Est jusqu’au Péloponnèse, et jusqu’en Turquie actuelle.

Des traces de l’occupation des Celtes dans ces régions subsiste toujours aujourd’hui. Par exemple, en Turquie le club de football appelé Galatasaray fait directement référence aux Celtes appelés Galates. La région située au Nord-Ouest de l’Espagne nommée Galice en référence aux Celtes, au même titre que le Pays de Galles en Grande-Bretagne.

Carte de l’expansion des Celtes

Où vivent les Celtes ? Expansion des Celtes en Europe, La Tène et Hallstatt
Carte de la situation géographique des Celtes en Europe durant l’antiquité. Première période d’occupation: Hallstatt (de -800 à -480), les Celtes sont majoritairement concentrés autour de la Suisse actuelle. Seconde période consacrant l’expansion des Celtes en Europe durant la Tène (-480 à -27).

Après la Guerre des Gaules (-58, -51), ne subsistent que quelques tribus Celtes en Bretagne et en Grande-Bretagne.
Aujourd’hui, des éléments de la langue celte subsistent dans l’Ouest de la France (Bretagne) et à l’Ouest de l’Angleterre.

Mode de vie et structure sociale des Celtes

soc charrue celte archéologie artéfact artisanat celte
Un soc d’araire celte (une charrue simple sans avant-train)

C’est à partir des objets trouvés dans les tombes, que les historiens ont pu inférer le mode de vie et la structure sociale des Celtes.

Les Celtes sont sédentaires et vivent en tribus. La présence de socs de charrues nous permet de savoir qu’ils travaillaient la terre.

Tous les clans partagent leur langue, indo-européenne, leurs rites funéraires et certains éléments artistiques.

Artisanat

L’observation de leurs plus anciennes poteries nous montre que les Celtes pratiquent un artisanat  réalisant différents motifs décoratifs, différentes formes et remplissant différentes fonctions.

L’irrégularité des poteries implique le non-usage du tour.

Les fusailles montrent que les premiers Celtes tissent la laine après l’avoir étirée.

Les Celtes réalisent également le travail des peaux et des fourrures et de la sculpture sur pierre.

Menuisiers, charpentiers, excellent dans le travail du bois. Ils connaissent plusieurs techniques d’assemblage réalisant des charpentes, des escaliers, des ponts, des bateaux, des tables, des sièges et de la vaisselle en bois.

Commerce et Industrie des Celtes

Toute société qui produit implique l’existence d’un commerce et d’échanges.
Les échanges se pratiquent au sein du village, sur le marché régional et au niveau international.

Un bracelet en pâte de verre, un collier en ambre et du corail retrouvés à différents endroits en Europe témoignant des échanges des Celtes avec des populations baltiques ou méditerranéennes.

Les Celtes exportent beaucoup de métal et de bétail sous forme de charcuteries.
Ils produisent également le sel en très grande quantité, l’exploitent, et l’exportent dans toute l’Europe.
Leur industrie du sel leur permet de conserver la viande. Ils produisent des pains de sel grâce à l’évaporation de saumure dans des pots spécifiques.

A l’époque de la Rome antique, les charcuteries celtes sont réputées et considérées comme un must !

La découverte de nombreux ateliers de fondeurs atteste que le travail du bronze est largement répandu.

Ils exportent également le cuir et les esclaves. Ils importent de la céramique et du vin.
C’est pour répondre aux nécessités de ce commerce que dès le troisième siècle, ils frappent leur monnaie.

Agriculture

Les Celtes cultivent le blé. Des socs de fer témoignent de leur travail de la terre.
La Gaule est le grenier à blé de Rome.

Rites religieux

Les urnes funéraires contiennent beaucoup de cendres. Une interrogation demeure : Contiennent-elles plusieurs corps alors que les tombes semblent être individuelles ?

A partir de ces urnes, on peut déduire la présence de rites funéraires et religieux. Comme le mort est enterré avec ses objets usuels, ses bijoux, ses armes, il est probable que le Celte prépare son défunt à une vie après la mort.
Les rites funéraires évoluent et se spécifient.

Tombe Lavau prince celte
Tombe de Lavau (Aube, France), début du Vème siècle avant J.-C. Présence du torque et de bracelets en or massif. Il est vraissemblable de penser que cette tombe est celle d’un prince ou d’une princesse celte.

Pendant le second âge du fer, pour qu’on ne puisse pas ravir la force du guerrier, les celtes roulaient les épées avant de les ensevelir.

Ils pensent la tête comme le siège de l’âme, ils la conservent donc et coupent celle de leur ennemi pour s’approprier sa puissance et son prestige.

Les tombes sont recouvertes de terre, de palissades et de murets. Elles sont donc visibles.

Les Celtes pratiquent leurs cérémonies religieuses dans des sites construits tels des nécropoles (contenant des ossements d’animaux) ou dans des sites naturels comme les Grottes de Han. La présence d’objets d’offrandes dans ces grottes laisse supposer l’existence d’une divinité de l’eau.

Des représentations d’êtres hybrides homme-animal sont également retrouvées. On suppose qu’il s’agit d’un dieu de l’époque romaine. L’art romain a influencé le réalisme de la tête de ces statues.

Structure sociale

A partir du contenu des tombes, on peut déduire la position sociale du défunt.
Certains défunts en position hiérarchique élevée sont enterrés avec leur char, des guerriers sont enterrés avec leur arme de prestige: l’épée.
La Société Celte est donc hiérarchisée en trois classes sociales: les religieux, les commerçants et les guerriers.

Les objets de banquets retrouvés dans les tombes, tels l’oenochoé (cruche à vin), nous permettent de penser qu’il existe des rituels de cohésion des groupes.

Chaque peuple Celte est autonome. L’organisation de la société varie d’un peuple à l’autre et d’une époque à l’autre mais comme celles de l’antiquité, toutes ces sociétés sont hiérarchisées et inégalitaires.

Les hommes les plus importants, libres, sont les druides et les guerriers.

Les guerriers

Les guerriers celtes combattent à cheval, sont riches et possèdent des domaines. Ils contrôlent l’exploitation des mines, la production artisanale, et les échanges commerciaux. Ils dominent les paysans et les artisans.

Ils se réunissent pour prendre les décisions politiques et économiques importantes. A l’époque de Hallstatt, certains guerriers sont de véritables princes à la tête de ces sociétés.

Les druides

Les druides celtes sont prêtres, savants, éducateurs, juges, conseillers politiques, et ambassadeurs. Ils forment une confrérie gardant jalousement ses secrets et se réunissant régulièrement en assemblée. Ils servent de trait d’union entre les différents peuples Celtes.

Les agriculteurs, artisans, commerçants

Ils constituent un groupe d’hommes libres sans pouvoir de décision. Ils produisent les biens assurant la subsistance de la population, vivent dans de grandes fermes et des villages souvent fortifiés.

Les esclaves

Les Celtes pratiquent l’esclavage et le commerce d’esclaves.
Les esclaves sont des prisonniers de guerre, ils n’ont aucun droit comme chez les autres peuples de l’antiquité.

Et les femmes alors ?

Les femmes semblent jouir des droits comparables à ceux des hommes. Elles possèdent des biens, exercent des professions et ont des domestiques. Elles peuvent occuper un statut élevé et porter le torque (collier prestigieux des Celtes).


Évolution Historique du monde celte

Pendant la première période de l’âge du fer

L’observation des objets dans les tombes (produits de luxe, bijoux, poteries) nous permet de déduire que les Celtes font commerce de leur artisanat.
A partir du cuivre et de l’étain, ils travaillent le bronze. Ce métal malléable et peu résistant, permet la technique décorative du repoussé, technique d’art grec acquise grâce aux échanges commerciaux.

Les Celtes connaissent déjà la roue, ils construisent des chars à quatre roues.

Leur premier type de société concerne donc le commerce et l’art, ils sont riches.

Pendant la deuxième période de l’âge du fer

L’observation des objets dans les tombes (pointes de lances, haches, épées, en fer) nous permet de déduire que les Celtes pratiquent l’Art de la Guerre.

Ils travaillent le fer à proprement parler, métal beaucoup plus résistant que le bronze, qu’ils ne gardent plus que pour l’aspect décoratif. Quasi tous les objets ont un aspect artistique. Le figuratif est la plupart du temps traité de façon abstraite par des courbes, des contrecourbes et des entrelacs.

Torque rigide bijou celte reproduction achat
Le Torque, célèbre collier rigide celte, qui continuera à être porté par les Gaulois et gallo-romains.

Le Torque, collier rigide, bijou caractéristique des Celtes se porte aussi en cette période par les hommes et les dieux.

Les chars n’ont plus que deux roues grâce à la fonctionnalité du fer.

La solidité du fer leur permet de fabriquer des armes plus efficaces et d’entreprendre leur politique guerrière.

Le rôle du forgeron se fait de plus en plus important, une nouvelle classe sociale est en train de naître.

Leur deuxième type de société est donc guerrier. Ils sont moins riches que leurs ancêtres et c’est par leur butin de guerre qu’ils assurent leur prestige.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

id consectetur risus vulputate, massa eget ut