Du bon usage de “sinon” et de “si non”

Sinon_quoi_si_nonPour savoir s’il faut employer “sinon” en un seul mot ou “si non” en deux mots, c’est simple.
Il suffit de penser que si non vient après une question et le verbe être est sous-entendu, comme dans “si [c’est] non” ou encore “si [la réponse est] non”

Exemple : Reprendrez-vous de la pizza ? Si oui, je vous en mets une portion de côté, si non, je la mange.

Par contre lorsqu’il n’y a pas de question, on ne peut sous-entendre le verbe être, donc sinon s’écrit en un seul mot.

Exemple : Ne vous approchez pas du bord sinon vous risquez de tomber.

— Thierry Martin

Enregistrer

Sam Zylberberg
Les derniers articles par Sam Zylberberg (tout voir)

6 réflexions au sujet de “Du bon usage de “sinon” et de “si non””

  1. Je ne suis pas convaincu par ces explications. Exemple :
    Si non :
    “il a du moins imaginé, si non vécu, une telle situation”
    interprétation : s’il n’a pas vécu cette situation, du moins il l’a imaginée
    Sinon :
    “il a du moins imaginé, sinon vécu, une telle situation”
    interprétation : il a du moins imaginé cette situation sinon il l’a vécue

    Répondre

Laisser un commentaire