Les dieux romains

Mars
Bronze du IIème siècle représentant le dieu de la guerre, Mars

Les dieux romains ressemblent fort aux dieux grecs. Ils ont en effet emprunté bon nombre de leurs caractéristiques suite à l’influence de la culture grecque sur Rome. Cependant, il faut préciser (et retenir !) qu’à l’origine, les dieux romains possédaient des caractéristiques qui leur étaient propres et parfois même différentes de leurs homologues grecs.

Découvrons le nom des dieux et leur principale attribution avant d’apprendre à les retenir.

 Nom  Attribution
 Apollon  Arts
 Bacchus  Vin, ivresse
 Cérès  Végétation, fécondité
 Diane  Chasse
 Jupiter  Ciel, foudre
 Junon  Mariage
 Mars  Guerre
 Mercure  Commerce
 Minerve  Sagesse
 Neptune  Mer
 Vénus  Amour
 Vesta  Foyer (maison)
 Vulcain  Feu

Les dieux romains sont mémorisables facilement grâce à ce petit truc. Dans la phrase suivante la première lettre de chaque mot représente la première lettre du nom d’un dieu.

Jeune veuve joyeuse cherche vieux baron naïf même malade afin de vivre mieux

Pour: Junon, Vénus, Jupiter, Cérès, Vulcain, Bacchus, Mercure, Minerve, Apollon, Diane, Vesta, Mars.

Sam Zylberberg

2 réflexions au sujet de “Les dieux romains”

    • Bonjour Coralie,

      Pas à ma connaissance ! Les dieux ne sont pas très sensibles aux hommes, ils sont-là pour être priés et intervenir. Il n’y a pas une empathie à proprement parler entre leur statut et celui d’homme ou de femme.
      Je crois que ce qui se rapproche le plus d’un dieu de la compréhension peut être Minerve pour son aspect déesse de la Sagesse (la version romaine d’Athéna chez les grecs), mais à nouveau ce terme de sagesse n’est pas à comprendre dans son acceptation moderne : on parle de sagesse face à l’ignorance et surtout sagesse militaire (par opposition à la fougue ou folie du dieu de la guerre Mars), il convient d’y adjoindre aussi un aspect d’ordre (militaire, à nouveau).

      Des notions interprétatives de l’empathie peuvent être attribuées à Dieu dans la Génèse, par exemple. Mais nous ne sommes plus dans le registre du panthéon romain ou grec, plutôt dans le monothéisme chrétien. Et c’est une affaire d’interprétation de texte…

      Répondre

Laisser un commentaire